L'Atelier
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-42%
Le deal à ne pas rater :
Clairefontaine – Lot de 9 Cahiers 24×32 cm – 96 Pages Grands ...
14.36 € 24.96 €
Voir le deal

 

 Aneuvien 2

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Une vach'd'hésitation !   Aneuvien 2 - Page 18 EmptySam 17 Oct 2020 - 23:58

Tout d'abord, j'ai cru que le nom "bauxite" (le minerai d'alu), issue des Baux-de-Provence, là où elle a été trouvée la toute première fois, au XIXe siècle, était un nom typiquement français. Quand j'ai vu la multitude de traductions, TOUTES sur le même modèle, là, j'me suis d'mandé si le nom aneuvien rudal, puis alrud était bien choisi. Même l'indonésien donne bauksit, pourtant, Sumatra n'est pas vraiment voisin des Baux-de-Provence. Y a quand même quèq'chose. L'espéranto donne baŭksito, l'interlingua, eh... ben... bauxite (té !), le sambahsa itou. Le Kerckhoffs (volapük), lui, ne dit rien ; Elkodico et le Vordar non plus. En supposant un peu, on pourrait penser à bauksìt, mais j'préfère que la commission uropie tranche. Une langue est réellement et volontairement restée à l'écart des Baux-de-Provence, vous avez d'viné, c'est le kotava, avec wigi ; y a même wigixo pour la mine de bauxite ! Du coup, pour l'aneuvien, j'hésite. Alrud est un à-postériori latinoslave, bien éloigné, lui aussi des Baux. La solution, dans ce cas, c'est de mettre deux mots : alrud et... bauxid, pour bien rappeler quand même que dans la bauxite, y a de l'alumine (oxyde d'aluminium) ; en plus, ce serait un beau mot-valise, dont le X serait ici une charnière de superposition (entre les Baux et oxid) et non une charnière d'adaptation comme dans... lexent, justement.

J'vais réfléchir. Mais j'crois qu'les deux noms, c'est une soluce qui pourrait valoir. Pas vous ?

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMar 20 Oct 2020 - 21:38

Dopa nous a parlé des fleurs, de leur appellation scientifique (botanique) en blum (comme Léon) et ornementale ou poétique en flor. L'aneuvien ne va pas si loin, et garde l'à-priori (ou presque) gòla pour tous les sens, pris de gol pour "chou"*. La seul différence paraît dans le verbe où on a gòlen pour l'arbre qui fleurit, et gòles pour ce qui est d'orner avec des fleurs. On retrouve, avec ce radical, la dualité -en/-es.

La fleur, qu'elle soit pour les insectes ou pour les décorateurs, c'est la même en aneuvien, puisqu'on parle de la même entité.

Y a bien gol, en uropi, mais c'est la gorge (anatomique), celle qui se traduit gàrgl en aneuvien. quant à gurg (uro), il traduit kealoj... mais kealoj ne traduit pas que l'aspect géologique, il traduit aussi la gorge en technologie (rail à gorge, la gorge d'une poulie, etc).

*Le chou (gol), classifié comme légume sur les étals des maraîchers, est bel et bien une fleur pour les botanistes. Du reste, à un enfant à qui on avait fait croire que baabdake natyve in gòleve ea baabkade ep in gòlave, il avait posé la question (pas si innocente que ça) : quadu ep ùt baabdak natyvuna in ùt gòlav?

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMar 20 Oct 2020 - 23:55

J'croyais, inspiré par "Retour vers le futur", avoir inventé le futur-passé, en utilisant mir avec un verbe au prétérit. Eh ben y semblerait fort que les concepteurs du volapük m'ont précédé ! Et pourtant, vraisemblablement, eux n'ont pas vu la trilogie de Robert Zemekis, ce qui est encore plus fort que ce qu'on peut imaginer, car même s'ils ont connu H.-G. Wells (Time machine) je n'ai pas eu souvenance qu'il eût fait état de situation temporelle paradoxale comme avec Michael Fox et Christofer Lloyd. Bref : des as, ces volapükistes. Vraiment dommage que leurs dissensions intestines eût provoqué l'agonie de la première (chronologiquement) LAI du monde. Avec ce futur-passé, l'aneuvien trouve un lien de parenté insoupçonné à l'origine avec le volapük.


Et pourtant, c'est bizarre parce que le tableau semble démentir cette invention et on a plutôt l'impression qu'il s'agit, en fait, d'un futur antérieur, un temps beaucoup plus traditionnel, qu'on trouve en gros dans toutes les langues, y compris l'aneuvien, où on retrouve la particule mir, mais cette fois-ci devant un verbe au parfait.

Er mir kœnadar aṅt kràsdaw. = Nous aurons fini avant demain.
Er mir kœnadăr àt posviċ jàrev. = Nous avions fini l'année prochaine.

Me suis-je enflammé trop vite en lisant ce syntagme :

Le futur parfait, marqué par l'augment « u » (utilisé pour parler d'un futur ayant déjà eu lieu*).

J'y perds mes marques ! Comment voyez-vous les choses ?




*Comme le vol de la DeLorean en 2015 par Biff, alors que Marty et Emett sont en 1985, constatant les conséquences de ce vol. S'il s'était agit d'un futur antérieur, l'auteur de l'article aurait évoqué un procès achevé dans le futur, non ?

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Bedal
Admin
Bedal

Messages : 6694
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 21 Oct 2020 - 18:52

Anoev a écrit:
La solution, dans ce cas, c'est de mettre deux mots : alrud et... bauxid, pour bien rappeler quand même que dans la bauxite, y a de l'alumine (oxyde d'aluminium) ; en plus, ce serait un beau mot-valise, dont le X serait ici une charnière de superposition (entre les Baux et oxid) et non une charnière d'adaptation comme dans... lexent, justement.

J'vais réfléchir. Mais j'crois qu'les deux noms, c'est une soluce qui pourrait valoir. Pas vous ?

J'aime beaucoup bauxid, c'est très aneuvien dans l'esprit d'ailleurs Very Happy

Et la charnière entre "bauxite" et "oxide" est astucieuse...

_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 21 Oct 2020 - 19:57

Merci de ton avis : je vais ajouter bauxid au slovkneg.

C'est fait, ainsi que dans le pavé (tout frais) d'Idéolexique.


Qu'est-ce que tu penses de mon inter sur le futur-passé ?

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptySam 24 Oct 2020 - 11:57

bounce Dopa, Tu m'as bien intéressé avec la différence entre to injure et to wound ; j'avais, à peu près du moins, le même genre de phénomène en aneuvien, sauf que "blesser moralement" se dit kriyges, qui se traduit en fait par "offenser" de kriyg pour "offense" :

Kœrer kriygdu ep ea remmer kriyg ep = Plus cher est l'offenseur et plus grande est l'offense. (Corneille, dans Le Cid Acte I sc. 5)


Y a, en aneuvien, "main" qui a deux traductions bien différentes : hhir et hænt. J'te laisse suivre les liens.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMar 27 Oct 2020 - 22:03

PatrikGC a écrit:
Je n'ai rien contre l'aneuvien, il recèle de bonnes choses, même si je ne suis pas tjrs d'accord avec certains points. Ce qui m'amuse dans cette langue, c'est qu'elle est crédible dans son contexte, avec des exotismes.
L'aneuvien est une persolangue : elle ne peut pas lutter face à des LAI. Cela dit, comme j'ai dit, il y a des tas d'idées intéressantes dans les LAI, et je me suis inspiré de certaines du volapük, même si l'aneuvien n'y ressemble pas du tout. Si je m'y défendais mieux (mais hélas), c'est le volapük que j'aurais mis comme sixième langue dans la page : c'est, ou plutôt ce fut une LAI pleine d'éléments grammaticaux intéressants. J'ai lu, j'me rappelle plus où, qu'Otto avait repris, pour le Novial, quelques idées venues de plusieurs LAI de l'époque, dont, justement, entre autres, le volapük et l'espéranto. À vérifier quand même. Un jour d'ennui (un jour de plantage d'Idéolexique, par exemple), y faudrait que j'creuse ça.


Qu'on ne partage pas des éléments de la grammaire aneuvienne, ou de son lexique ou sa phonologie est tout-à-fait compréhensible, voire naturel : comme c'est une persolangue, c'est le résultat d'une opération personnelle, l'œuvre d'un seul cerveau ; cette langue n'est pas meilleure qu'une autre. J'ai eu, un jour, ado, envie de m'amuser avec la grammaire et faire des choses différentes de celles des langues que j'avais apprises, avec leur règles énervantes à cause de particularités à l'envi. J'ai appris l'existence de l'espéranto, puis du volapük, puis d'autres langues. C'était avant Internet, mais j'étais, à ce moment, d'jà adulte, mais j'étais bien attaché à ma langue que j'appelai alors l'aneuvien. Et puis, des années encore après, est venu l'Atelier philologique (comme il s'appela à son ouverture). Voilà donc le pourquoi du comment de l'aneuvien. Et comme je n'avais pas pour ambition d'en faire une langue internationale (trop de mots à-priori, encore que Staren Fetcey eût misé sur l'à-priori pour créer le kotava), j'ai toutefois eu l'idée de la faire parler par environ 25 millions de personnes... imaginaires, citoyennes d'un État tout aussi imaginaire. Voilà.

PatrikGC a écrit:
Comme si celle-ci était profondément ancrée dans tes gènes Very Happy
Certes, l'aneuvien n'est pas ancré physiologiquement en moi (les gènes), mais à force d'interventions en grammaire, en lexique (et c'est encore plus vrai depuis la naissance d'Idéolexique), l'aneuvien s'est ancré dans mon esprit de manière profonde.




Ben, tiens, justement : v'là ma dernière trouvaille, pour le troisième sens de "paillette" : xhiċiyn. J'vous la laisse découvrir en suivant le lien.

Deux noms, certes moins conséquents, mais qui prouvent que s'il y a, de temps en temps, quelques petites relex en aneuvien, cette langue est plus descriptive qu'étymologique en général. Si on a ckot et xhiċiyn pour "paillette", ces deux noms n'ont absolument rien à voir avec "paille", traduite par ces deux noms : krăl, déformation de kreal (céréale) et l'imbrication betùp, prise de bev (boire) et tùp (tube).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyLun 2 Nov 2020 - 9:44

Y a deux caractéristiques phonologiques en commun entre l'aneuvien et le sambahsa-mundialect qu'on ne retrouve guère ailleurs :

le E final caduc, (voire amuï en sambahsa)
la représentation éventuelle du [y] par un U.

Quelques petites différences, cependant :

Le U sambahsa n'est prononcé [y] que s'il est séparé d'un E (muet) que par une lettre, voire un phonème. Le [υ] aneuvien est représenté par un Ù s'il est accentué. S'il 'est pas accentué, ce n'est que par désaccentuation (affixation, subjonctif) d'un Ù, par exemple, dù → nexàvdu ou bien ùs (hors de) → uspùze → er uspuzéa (nous soyons sortis).

En ce qui concerne le -E, en aneuvien, il est plus caduc que vraiment muet. Si le voisinage consonantique rend l'amuïssement malaisé, le E se prononce comme un schwa : eg pùze ċyv /ək'pyzə't͡sɪf/. sinon, effectivement, il reste muet : kar làjdene dase /kɐʁ'lajdɛndɐz/. Dans ce dernier exemple, l'existence d'un -E peut influer sur la prononciation de celui qui le précède (bien pratique, quand même) : l'infinitif et le singulier de l'indicatif présent est làjden /'lajdən/.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Dùk VS duk & "carnassier"   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 11 Nov 2020 - 0:34

L'un des deux ducs devrait bientôt perdre (pour casser une homonymie gênante) son diacritique sur le U et se prononcerait avec un [u] postérieur : /'duk/.

Je ne sais pas encore si ce sera l'oiseau ou le titulaire d'un duché. Dans l'état actuel des choses, j'opterais pour modifier l'oiseau, car y a moins de dérivés à changer : on aurait que duked, dukek (♂ & ♀), ainsi que redúk (l'accent reste, mais il change de côté ; contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas un duc réduit, mais plutôt un grand-duc*).

*L'autre Grand-duc (celui du Luxembourg, par exemple) ne changerait pas : il resterait ʜogdùk... et ʜogdùkkad, si un jour une femme arrive au Trône.




À propos d'oiseau nocturne, je m'demande si j'vais pas changer une lettre à "carnassier", aujourd'hui likarínzhor, quand même vach'ment proche de elikarínzhor (végétarien), même si celui-ci a un synonyme et presque paronyme en elizínzhor. La transformation, pourtant minime (une seule lettre) dissiperait toute ambigüité : livarínzhor. L'étymologie serait exactement la même, mais l'imbrication serait un poil différente :

livun = vivant
kàrna = viande
inzh = manger
-or : suffixe d'agent.

Bref : le V de livun prendrait le K de kàrna.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyDim 15 Nov 2020 - 11:52

Sur mon vélo, j'ai réfléchi à deux trucs concernant la combinaison de certains temps et certains aspects verbaux. Cette réflexion est née de deux fils : un concernant l'espéranto et un autre concernant le mundeze. Particularité de l'aneuvien : les conjugaisons du futur ne manquent déjà pas, puisqu'y a

eg mir dor : le futur conventionnel* (invariable au subjonctif)
eg mir dora : le futur antérieur de l'indicatif
eg mir doría : le futur antérieur du subjonctif
eg ăk dor : le futur proche
e dhep dor : le futur immédiat
eg mir dorun : le futur progressif
eg mir doră : j'eus fait (dans le futur)
eg mir doruna : je ferai (dans le passé).

Mais bon, pour "je serai sur le point de faire" ou "je commencerai à faire" (ce qui tient du futur postérieur), déjà que ăk et mir ne peuvent pas être utilisés en même temps, et que le futur est, le plus souvent hypothétique, je m'suis dit que, dans la plupart des utilisations mir pourrait bien suffire, et que, si on vraiment enfoncer l'clou sur un procès qui commence, on peut toujours mettre eg mir enpèze dorun. Bon, déjà le premier problème réglé.


Voyons l'autre. En aneuvien, pour l'imparfait (et le plus-que-parfait), on a

eg ere dor : l'imparfait itératif ou subjonctif (invariable à ce dernier mode)
eg ere dorun : l'imparfait progressif (calque de l'anglais, sauf que là, il est totalement invariable, contrairement à we were doing).
eg ere dora : le péqûpé de l'indicatif
eg ere doría : le péqûpé du subjonctif.
Alors, à quelle application pourrait s'insérer un hypothétique péqûpé du participe ?


Contrairement à la particule mir, qui peut disposer d'un verbe au participe passé (cf. ci d'ssus), on n'a pas eg ere doruna. Ce serait bien pourtant de l'caser quelque part... mais où ? On ne peut pas mélanger un aspect progressif (ere dorun) avec un aspect accompli (ere dora), or, justement, ere doruna, ça ressemble furieusement à ça°. Alors, à quelle application pourrait s'insérer un hypothétique péqûpé du participe ?


*Que je ne peux pas appeler le futur simple chez moi pour des raisons dont vous avez deviné l'évidence.
°Pas tant que ça, si on réfléchit bien : c'est le participe présent, aussi bien dans eg dorun que dans eg ere dorun que eg mir dorun qui exprime le progressif. Même eg ăk dorun indique un procès qui commence. Mais doruna n'est ni progressif ni duratif (Da cem chymonă ber adùvuna ùr qùvduse = Il fut condamné pour avoir aidé des pauvres), alors une utilisation peut être trouvée en dehors de ce contexte, mais laquelle ?

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMar 17 Nov 2020 - 14:49

En aneuvien, pour "moins", y a plusieurs traductions.

Y a bien entendu minus devant un adjectif ou un adverbe au comparatif pu au superlatif : c'est minus.

E skrip minus looter qua kas ep*. = J'écris moins bien qu'elle.

Mais il y a un autre adverbe, c'est olyg (peu), qui, là est au comparatif :

E skrip olyger qua kas ep*. = J'écris moins (plus peu) qu'elle.


Et enfin, il y a l'opérateur ou le signe négatif, c'est nek, qui est l'apocope de nèkis, une autre version de nègis (négatif) ; qu'on se gardera de confondre avec næq qui signifie "aucun", lequel est la négation de æq qui signifie "chaque" (on peut aller loin, comme ça°!).


*Là, ep n'est pas indispensable, car il n'y a pas deux compléments, donc pas de risque d'ambigüité.
°Au point qu'on a æqdu pour "chacun" (chaque personne), næqdu pour une forme emphatique de nepdù (personne)...




Doj-pater a écrit:
J'aime beaucoup le verbe "être": il est 100% indo-européen, tout en étant très simple Very Happy
Le mien (ere de l'imparfait du verbe latin ESSE : ERAM -S -T* -MVS -TIS -NT) est pas mal indo-européen non plus. Sa conjugaison au présent s'inspire du russe, sauf qu'une puce (•) a remplacé l'absence ; ça n'a pas toujours été le cas : avant, comme en russe, y avait rien. J'ai trouvé que ça faisait un peu "vide" ; en plus, le • peut se prononcer [ə] coincé entre deux consonnes, c'qui est bien pratique, quand même : ça évite les svarabhakti. Donc, oui, c'est vrai : ere est un verbe irrégulier, plus irrégulier, soit, que esti, so, binön ou autres, soit, mais quand même moins que ESSE, sein, to be, être, ser et j'en passe. Ceux qui veulent en savoir davantage pourront cliquer là : y pourront constater que c'est pas la mer à boire !

*M-S-T : j'ai vraiment pas fait exprès ! J'aurais très bien pu prendre ERO -IS -IT..., mais pour me servir du verbe pour la particule (invariable) de l'imparfait des autres verbes, il fallait que je restasse logique (ôôh ! un subjontif imparfait ! 'cus'moi, Dopa, mais j'pouvais pas faire autrement !).




Velonzio Noeudefée a écrit:
Je lui ai trouvée un nom : Sesi comme Sje-es stan internatsional ?
Bonne idée, ça. Si j'osais une tentative pour l'aneuvien (ce que je ne ferai pas : j'ai trop de mots à-priori et je n'ai pas l'audace de Staren), j'pourrais en donner une version appelée EpARIn (un acronyme "marche" mieux que de simples initiales), ce qui signifie ep a rec internatynen (?) qui est le calque de  Sje-es stan internatsional ?.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyVen 20 Nov 2020 - 9:42

J'ai mis à jour la page de dùk. Il ne concerne plus que le titre nobiliaire. Le chapitre duk (oiseau "cousin" du hibou) devrait être traité incessamment, mais il ne sera pas tout seul dans la page*. Il y a aussi l'uropi duk qui, lui, est le titre nobiliaire.



*Par contre, le pavé {{duc}}, ne contient pas l'oiseau. J'suis pas vraiment certain qu'y ait grand chose ! Y aura toujours tenzelo (elko).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 25 Nov 2020 - 19:12

Hangól Hogwén a écrit:
Mais je pense qu'il s'agit ici de l'adjectif "subit", qui a la même étymologie que celle de "subir" (du latin subire "souffrir", de l'infinitif pour ce dernier, et du participe passé subitus pour le premier, selon le Wiktio), mais avec une divergence sémantique dès le latin vulgaire, donc les deux mots étaient déjà distincts avant l'apparition des langues d'oïl, où "subit" signifie davantage quelque chose de soudain, avec certes une idée de passivité, mais secondaire par rapport à celle de soudaineté. En tout cas, empiriquement, je n'utilise et n'ai jamais vu utilisé "subir" au passif.
Chez moi, y a ça :

"Subir" : cemen, qui donne
cemun pour "subissant"
cemuna pour "ayant subi"
et ceman pour "subi".

"Subit" : cepan (avec un P !)
cepas pour "subitement"
de là sont tirés :
cepœnes pour "surprendre"
cepœnsun pour "surprenant" (participe) ; cepœnun pour l'adjectif verbal.
cepœnsuna pour "ayant surpris" ; cepœnan pour "surpris" (adj), de là est tiré
cepœna pour "surprise" (l'étonnement lui-même), pœna pour "surprise" (la source de cet étonnement ; normal : on enlève le ce- de cem).

Par contre, pour "soudain", on change de radical et on a le synonyme zyċh (adj. et adv.), y a un autre adverbe : zyċhas (soudainement), ainsi que le nom zyċhet pour  "soudaineté. Pour zyċhes, j'ai eu la flemme de lui trouver quelque chose, donc j'ai laissé tomber, j'préférerais, quant à faire, zyċhúkes, imbriqué à prukes pour "arriver soudainement"... mais bon : ce n'est encore qu'une option.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyDim 20 Déc 2020 - 14:15

PatrikGC a écrit:
Je crois que le Père Noël va venir chez moi.
E kred tep San Nikol mir kom es ad.

Jusque là, rien d'époustouflant. Mais pour "Je crois que le père Noël et ses lutins vont venir chez moi", on a :

E kred tep San Nikol ea ed kobledake mir kom es ad.

C'a l'air de rien, comme ça, mais en fait, mir kom est au subjonctif futur, à cause de kred. La phrase à l'indicatif aurait donné, par exemple :

Àr kobeldake San Nikolen mir kome eddax Lakryms ed. = Les lutins du père Noël viendront chez M. Lakrym.


_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyVen 25 Déc 2020 - 1:53

Olivier Simon a écrit:
Le féminin a quelques suffixes (-in notamment), le masculin n'a rien de spécifique, sauf -ner.
Quels sont les noms qui sont spécifiquement masculins ou féminins et qui ne finissent ni par -D, ni par -K ?

Eh ben, à vrai dire, mis à part les prénoms (aneuviens ou étrangers), on peut pas dire qu'y s'bousculent dans le Slovkneg, et quasiment, tous ceux-ci sont issus de racines étrangères. Certains sont soit toujours masculins ou toujours féminins, soit ils sont genrés ou neutres.

Y a des noms comme rex, prins, paap, imàm qui, par exemple, sont masculins au singulier. Ces noms peuvent être masculins au pluriels, mais certains autres, comme des titres nobiliaires, dans certaines circonstances, peuvent aussi être neutres au pluriel. Des noms comme paap, imàm sont masculins, y compris au pluriel. Zhitœṅ peut être masculin ou neutre, aussi bien au singulier qu'au pluriel ; Vuuri est au féminin avec une majuscule ; féminin ou neutre sans : tout dépend si on évoque une femme ou non (alors que pour le précédent, on évoque toujours un garçon). Des mots comme ça, je le répète, sont plutôt rares et évoquent plutôt des entités ou des cultes étrangers à l'Aneuf.

Il peut arriver que des noms d'animaux se terminant par -D ou par -K soient neutres. Mais, c'est, comme pour hœnd ou oark parce que ladite lettre est DANS le radical. Ces noms sont d'ailleurs à-postériori. Dans ces cas plutôt rares, l'animal spécifiquement mâle ou femelle aura sa terminaison : hœnded ou oarkek.

La grammaire aneuvienne des genres est, malgré ses exceptions (expliquées ci d'ssus), d'un équilibre qu'on ne trouve dans peu d'autres langues : je peux* citer l'elko, le kotava, le mundeze et le volapük nulik, peut-être l'interlingua, mais j'en suis pas vraiment sûr.

L'immense majorité des noms aneuviens sont neutres. Le genre dit neutre n'est pas (comme en uropi) réservé à l'inanimé (pronom : je, dans cette langue). Il englobe aussi l'épicène, c'est à dire des animaux (humains compris) dont on ne peut ni ne sait ni ne veut indiquer explicitement le sexe. Son pronom est a. En uropi, doktor est masculin ou épicène, son pronom est he ; en aneuvien, il est épicène, donc neutre, si aucun pronom ni suffixe ne vient contredire cette neutralité.

On peut dire
Àr doktore • iyr, ar veraten àr graṅgduse.
Ka • doktor léken.
Àt doktor Sorbier • àt doloklœmlogdak Pierre Brochant-en.
(d'après "Le diner de cons")




*Il peut y en avoir d'autres que je ne soupçonne pas.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...


Dernière édition par Anoev le Mar 29 Déc 2020 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMar 29 Déc 2020 - 13:29

On ne confondra pas inzhinet et spisinet, malgré la paire de suffixes commune.

Spisinet, c'est une dînette, un repas rapide et peu fourni, mais pris normalement à l'heure du... repas (déjeuner ou dîner), comme spiset pour... repas, d'ailleurs.

Inzhinet, c'est un encas, pris entre les repas, c'est pris d'inzhin pour "grignoter", lui-même pris de inzh pour "manger" (quelque chose), lequel ayant donné inzhĕr pour "ingérer".

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Ce que j'peux pas faire...   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 30 Déc 2020 - 11:40

... en fait de modifs.

J'ai bien un même mot pour "capter" et "tête". J'avais bien été tenté, comme pour dùk, d'enlever le diacritique pour un des deux sens, et d'avoir, par exemple kap pour "capter", ce qui serait bien tombé, parce que, justement, le A est désaccentué au subjonctif passé (kaptéa)...

SAUF QUE

J'ai un nom bisémique : dinkàpdu. Si l'un des deux kàp perd son diacritique (qui, ici, antériorise le A, en plus de localiser l'accent tonique), la bisémie tombe, et dinkàpdu n'est plus qu'un terme laudatif, ce qui laisserait à penser que j'aurais une quelconque admiration pour les boursicotages en tous genres, ce n'est pas du tout mon intention. Comme (pour une fois) je préfère rester ambigu dans ce domaine, je garderai le À pour les deux.

***

Par contre, j'ai bien l'intention de ne mettre plus que deux noms (très voisins) au lieu de trois pour "nature". Nàtur (pris de nàtyv) resterait. Là où y aurait du changement, c'est entre natur et natùr. Le dernier, relex du français "nature" pour l'environnement naturel, tomberait au pilon.... et c'est... natur (/'nɐtuʁ/) qui prendrait sa place. Pour dire "de toute nature", ce serait un choix entre deux autres noms : kast ou spif qui prendrait la place.

Il ne resterait plus que deux noms, accentués tous deux en première syllabe : règle normale de l'accentuation aneuvienne.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...


Dernière édition par Anoev le Dim 3 Jan 2021 - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptySam 2 Jan 2021 - 11:29

Jacint a écrit:
Français: trois longues tables
Frater: tri mensa longa
Kahfrater: yem nunya nai

Français: mon frère aîné est à Londres
Frater: frater maga mi es in London
Kahfrater: bua wan wa la bo London

Français: je parle plus vite que vous
Frater: mi logo belo plus ni
Kahfrater: wa ka ge tunti li
En aneuvien, ça donne :

tern lœnge mese
ed pirnat fràndak en • Londonev
eg lokùt syver qua ose*.


Seweli a écrit:
Wa kwan Kah bo kwando.
J'apprend le Kah à l'école.

Wa kaza Kah bo wado.
Je parle Kah à la maison.

Li bo yudo na li, ha?
Tu es à ta maison ?
Eg ler kahs skoolev
Eg lokùt kahs domev°
Ep o domev?




*Ou bien orse. Tout dépend comment on traduit "vous". Prenons, comme exemple, le castillan :
ose = vosotros
ors = usted
orse = ustedes

les pronoms aneuviens étant à l'accusatifs ici (compléments de comparatif).

°Peut aussi être traduit par dem ad, qui est traduit "chez moi" dans la deuxième phrase et "chez toi" dans la dernière.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyLun 11 Jan 2021 - 19:38

Doj-pater a écrit:
good, gooda, goody.
La solution (enfin, une des...) était juste de l'autre côté de la Manche, et pourtant, j'suis allé allègrement déformer LAVDARE pour trouver la traduction aneuvienne de "bon" : lood, qui peut être aussi perçu comme une déformation de good, sauf qu'évidemment les deux OO ne sont pas prononcés de la même manière, ni comme d'ailleurs -OO- [o:] par rapport à AU ['ɐʊ] ; l'un dans l'autre... hein...

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyLun 18 Jan 2021 - 23:29

Citation :
🌍 Homines nasce et mane libero et æquale in rectos. Distinctiones sociale pote solo es fundato super utilitate commune. (en LSF)
Chez moi, ça donne :

Dùr natyve ea stane fræje ea iqæle lékeve. Àr sosjene dystíxyne kàne cem kœṅder nor konsert utiletev in.

Plus de la moitié des mots sont reconnaissables. On en déduira ceux qui sont un peu moins transparents.

En français:
 

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 20 Jan 2021 - 22:55

Velonzio Noeudefée a écrit:
C'est vrai ça, pas d'accord après les nombres.
Moi, j'ai été (partiellement*) inspiré du russe.

Les noms sont au singulier derrière ùt (y compris tinek-ùt, ternek-ùt... mais pas dekut), le cas est régit par la fonction grammaticale :
Eg pilgœnsa ternek-ùt cjærtes = j'ai cueilli 31 cerises.
Ils sont au pluriel, au cas voulu, derrière les autres adjectifs numéraux :
Er fàktar ùt rènem tordes kœm cèrent-dekùt cjærteve = Nous avons fait une grande tarte avec 111 cerises.
Les numéraux en -saṅd comme tœsaṅd, tinsaṅd... sont des noms, le nom qui suit est au génitif, du moins s'il n'y a pas de numéral enclavé, ainsi, on a
novèrent-novek-nov noxe
tœsaṅd noxene
tœsaṅd ùt nox
tœsaṅd tiyn noxe
°...

*Très partiellement, même ! d'après mes souv'nirs,
  • après le chiffre 1 (sauf 11), on mettait le nom au nominatif singulier
  • après 2, 3 & 4 (sauf 12, 13, 14) on mettait le génitif... singulier (!!!)
  • après les autres chiffres, on mettait le génitif pluriel.
°Nidiv, Hharzaad, nidiv Nikòlaj...

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Traduit du tranz   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyLun 25 Jan 2021 - 20:39

... via le français, j'dois être honnête, quand même :

ü Tom tuk-kimsti jin dzueixuosi = Tom riyda vỳradeve simezen = Tom a ri des tours de singe.
dañ selvj-a: kimt a snutçamdiak a embe ta niayde-wis  = ù geroṅdak kœm ù xilegs dem ere staṅ làt àt lklósav = Un vieil homme avec un bâton de marche se tenait à côté de la clôture.
ta dzoryixwa i bzevi en zatçija kiotlisi  = àt ned squirĕjen cem ere sùb per àr vàlune chĕteve = Le nid d'écureuil était caché par des branches tombantes.
en arç serni a wesotso saçdia uxos ta nis ta yelianeiwaçia añkla (t'añkla yelianeiwaçia) = àr qite nóqe ere upòmas waade sub àt nỳw àt warem sœns ræsyven = Les petites graines attendaient patiemment sous la neige le chaud soleil du printemps.
kthoni noku-i a: arçi kimt liorçudya üps wun duan a wesnenyi rjits ta ioltrayeks = ùr numbarone nexàvkade kœm kroonse gòlane en àt kàpev ere daṅsun ol àt zhovíginev = De nombreuses petites filles avec des couronnes de fleurs sur la tête dansaient autour du feu de joie.
ta tsardwa-tservas a tuk bamsi üps ta tuodan = àt kovaas àt paskeden vàla en àt krændes = Le couvercle du panier tomba sur le sol.
ta pa danu tu'avanpuna du tsatso tuis dzambaz =àt pirm zhùndak àt watkún dem hàlta àt ingentev = Le premier garçon de la file s'est arrêté à l'entrée.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMar 2 Fév 2021 - 20:27

Velonzio Noeudefée a écrit:
Da xian vo ova tcak o brov.
De lein vo neli nel dos axoiy.
Nio :: abe.
Yan :: biz asa Tcang :: abe.
Fatima wei :: biz asa kra :: abe.*
Si :: sve abe.*
Dac eiwac vo virmji.
Si svetem dyento jinsa bokie da cocasta etki.
Ova !
Kalksi !
Ova de dyen yi ! Ova dè xwè yi !
(Dac eiwac vo virm-virmji.)/ Dac eiwac vose virmji.
Da dañ selvia wei snucambi üps ta veic uxosim ta muna
Dac eiwac voduj virmji.
Dac eiwac vo virmji tsadye.
Dac eiwac sve virmji litu.
Dac eiwac vo virm-virmji. / Dac eiwac vo virmji khon. / Dac eiwac vo virmji tar.
Niodi vo sioko.
Sidi vo sioko.
Düs siüzi** celba :: uxosim dai anzuai siül.



Àt hœnd inzhun syvas ù taqs = Le chien mange rapidement un os.
Àt kullinet sace traṅt àr pardéave = Le ruisseau coule à-travers les champs.
Eg • vad = Je suis grand
Zhaṅ • qit do Ċhang • vad = Jean est petit, mais Tchang est grand.
Fàtima ere qit, do ka • vad = Fatima était petite, mais elle est grande.
O mir ere vad = Tu seras grand.
Àt sœn bril = Le soleil brille.
Inzhet = Mange !
Klatàket = Cours !
Inzhet ed kàrnas ; inzhet ed piskes = Mange ta viande ! Mange ton poisson !
Àt sœn brilun = Le soleil est en train de briller/Le soleil est brillant.
Àt geroṅdak er aṅdun en à stradev sub àt moonev = Le vieil homme marchait sur la route sous la lune.
Àt sœn brila = Le soleil a brillé.
Àt sœn bril fætas = Le soleil brille a nouveau.
Àt sœn mir bril kràsdav = Le soleil brillera demain.
Àt sœn • brilunert = Le soleil est très brillant.
Eg dem chàves. O dem chàves = Je me rase. Tu te rases.
Àr zhàle lymòne • sub àt blu liylev = Les citrons jaunes sont sous le ciel bleu.

J'ai pas traduit la phrase des semences et des moineaux : y me semble l'avoir déjà traduit (avec une autre syntaxe) et j'me rappelle plus comment, mais je sais que c'était notoirement différent.

Quelques petits commentaires :


J'ai retrouvé, grâce à Idéopédia, quelque chose que j'avais fait et que j'avais oublié par la suite, pour la traduction de "à travers" :

traṅs est le calque de l'uropi tru
traṅt est le calque de l'uropi tra ; encore que là, on puisse trouver le synonyme per.
Traṅt indique bien le passage d'un point à un autre en traversant (las kàwun) une étendue. Par ailleurs, tran- est aussi utilisé pour le passage d'un état à un autre, comme traṅgódu (transsexuel).


Grand (en taille, pour une personne) se dit vad (haut) ; rènem tient compte des trois dimensions, ou du nombre (d'habitants, pour une ville ; d'enfants pour une famille) ; quant à reenem, c'est plutôt la renommée.

ùt rènem famil = une grande famille
ùt rènem bynòψak = un grand immeuble
ùt reenem kad = une grande femme*.

Le point d'exclamation est moins utilisé en aneuvien que dans d'autres langues (notamment le kotava), y compris pour des phrases injonctives. Cette ponctuation en aneuvien est utilisée en cas d'apostrophe, de vocifération ou d'alerte de danger.

Pour "ne fume pas ici" :
nep rœkent iyr. (æt • probidan = c'est interdit)
nep rœkent iyr! (æt • keferton = c'est dangereux).

Dès lors qu'il y a le verbe ere juste devant (•), on a droit à un adjectif et non un participe sous forme de progressif ; on aurait eu, au pluriel :
àr stele brilun° = les étoiles brillent (sont en train de briller : le ciel n'est pas couvert)
àr stele • brilune = les étoiles sont brillantes
àr stele • brilunerte = les étoiles sont très brillantes.

*On peut même enfoncer l'clou et écrire ùt reenem qad = une grande dame.
°Comme je suis sur le fil aneuvien, j'peux m'permettre d'enfoncer un peu l'clou. Ici le progressif est lié à une idée de perception : on les voit briller. Même si le ciel était couvert, ça n'empêcheraient pas les étoiles de briller de tout leur état de sources lumineuses, et on aurait pour "les étoiles brillent" : àr stele brile à l'indicatif.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30829
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: La conjugaison aneuvienne, une inspiration anglophone manifeste...   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 3 Fév 2021 - 10:44

... même s'il y a des différences notables.

Tout d'abord, on retrouve des verbes modaux qui précèdent des verbes à l'infinitif, même s'ils sont moins défectifs que leurs équivalent anglais, y a même aussi quelques glissements lexicaux, comme kàn (anv) qui est l'équivalent de may (eng).

Par ailleurs, la tournure interrogative, même s'il y a des ressemblances, est toutefois plus simple en aneuvien :

ep ka inzhun? = is she eating?
ep ka inzh? = does she eat?
ere ka inzhun? = was she eating?
ere ka inzh? = did she eat?
mir ka inzhun? = will she be eating
mir ka inzh? = will she eat?


On retrouve la même simplification avec la tournure négative avec nep, pour toutes les formes verbales :

ka inzhun nep = she is not eating
ka inzh nep =  she does not eat
ka ere nep inzhun = she was not eating
ka ere nep inzh = she did not eat
ka mir nep inzhun = she will not be eating
ka mir nep inzh = she will not eat.


L'aneuvien a repris la différence de flexion au présent pour tous les verbes, exception faite de ere (remplacé par • à toutes les personnes), seulement, la différence n'est pas pour la troisième du singulier comme en anglais, mais pour toutes les personnes du pluriel. Cette flexion plurielle, en -E derrière des consonnes ou en -R derrière des voyelles, la même que  pour les noms et les adjectifs qualificatifs, se retrouve à l'indicatif et à l'impératif.

On a, comme en anglais, un impératif à toutes les personnes, là s'arrête la ressemblance. En anglais, selon les personnes, la conjugaison est différente ; en aneuvien, c'est la flexion qui est différente de celle de l'indicatif :

eg inzhet = let me eat = Il faut que je mange (maintenant)
or inzhet = eat = mangez
dka inzhet = Let himer eat = qu'il/elle mange
er inzhete = let us eat = mangeons
or inzhete = eat = mangez (à plusieurs)
ar inzhete = let them eat = qu'ils mangent.

En anglais, le problème, c'est que let us eat (par exemple, itou pour les autres personnes différentes de la deuxuème) signifie aussi "laissez-nous manger" ; phrase qui se traduit en aneuvien par : or lædit ese inzh.

On a vu qu'il y avait, pour le futur, une apparente ressemblance de construction entre les deux langues. Apparente seulement. D'une part, il n'y a plus le choix entre shall et will selon les personnes (avec quelques nuances toutefois), et une seule particule est de mise, comme en uropi (ve) : mir. Mais ce n'est pas fini : en anglais et en uropi, le verbe du procès est à l'infinitif (invariable).

they will eat = lu ve jedo = ils mangeront.

En aneuvien, le mode du verbe dépend de son utilisation dans la phrase. Pour l'exemple ci dessus, le mode est évidemment à l'indicatif, et le verbe s'accorde au sujet : ar mir inzhe.

Mais dans d'autres cas de figure, d'autres modes peuvent se présenter :
ar mir inzhete pos àt mesetev (imp.) = qu'ils mangent après la messe
ar mir inzhun (par.) = ils seront en train de manger
er mir pùzar aṅt ar mir inzh (subj.) = nous seront partis avant qu'ils mangent.

On retrouve cette différence de mode après kjas (would en anglais), l'utilisation est un peu différente, pas de participe :
tet o kom, la kjas inzhe tœlas = if you came, we would eat together = si tu venais nous mangerions ensemble (éventualité)
tet o kom, la kjas inzh tœlas = if you came, we would eat together = si tu venais nous mangerions ensemble (j'aimerais bien)
tet o ere kom, la kjas inzh tœlas = if you came, we would eat together = si tu venais nous mangerions ensemble (seul'ment voilà !)
tet o ere komía, la kjas inzhéa tœlas = if you had come, we would have eaten together = si tu étais venu nous aurions mangé ensemble.

La proposition conditionnelle est au prétérit et au pluperfect en anglais, à l'imparfait et au péqûpé en français. En aneuvien, l'imparfait et le plus-que parfait ne sont utilisés qu'au subjonctif, pour signifier un regret, une opposition (anqtet = même si) ou un soulagement.

Le participe aneuvien est encore plus utilisé qu'en anglais, l'infinitif aneuvien est moins utilisé que l'infinitif anglais.

eg làjden làmyvun = I like travelling = j'aime voyager.
aṅt pùzun = before leaving = avant de partir
ar ăk làpore = they are going to work = ils vont travailler
or dœmete rokòmun = remember to come back = pensez à revenir.

Post scriptoume :

Je suis tombé là d'ssus :

Wikipédia a écrit:
He is always complaining about the noise. L'événement est habituel ; il ne se déroule pas sous les yeux des interlocuteurs, mais il est mis en scène avec une force d'évocation qui le rend immédiatement perceptible. Glose : il passe son temps à se plaindre du bruit (cela en devient pénible).
Ce état de fait n'existe pas en aneuvien et l'emploi du participe n'y est donc pas de mise, c'est ler présent de l'indicatif qui est utilisé, et si on veut bien enfoncer l'clou, on utilise la particule ep à la bonne place :

Da ep plange rèpen à hrupiden.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...


Dernière édition par Anoev le Jeu 4 Fév 2021 - 17:15, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3178
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 EmptyMer 3 Fév 2021 - 11:06

Citation :
Le participe aneuvien est encore plus utilisé qu'en anglais, l'infinitif aneuvien est moins utilisé que l'infinitif anglais.

En Uropi, c'est le contraire, on utilisera l'infinitif dans les cas suivants:

eg làjden làmyvun = I like travelling = j'aime voyager. I gus vaizo
aṅt pùzun = before going = avant de partir = for ito ap
ar ăk làpore = they are going to work = ils vont travailler = lu ve (beprù) varko, lu se po varko
or dœmete rokòmun = remember to come back = pensez à revenir = mene ov ruveno


Dernière édition par Doj-pater le Mer 3 Fév 2021 - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




Aneuvien 2 - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Aneuvien 2   Aneuvien 2 - Page 18 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aneuvien 2
Revenir en haut 
Page 18 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Artistiques mixtes-
Sauter vers: