L'Atelier
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Figurines Funko Pop : 2 achetées = la 3ème offerte
Voir le deal

 

 L'aneuvien, le psolat et l'uropi

Aller en bas 
+13
Kavelen
SATIGNAC
Bedal
Troubadour mécréant
PatrikGC
Olivier Simon
Velonzio Noeudefée
Aquila Ex Machina
Doj-pater
Seweli
Vilko
Mardikhouran
Anoev
17 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyLun 2 Jan 2023 - 11:10

Et une année-lumière, donc ?

Une année-lumière, c'est pas une année du siècle des lumières. Si on passe une année à cavaler à la vitesse de la lumière, on s'approche de la solution. En fait, c'est une distance pour laquelle il a fallu une année (terrestre) pour la parcourir à la vitesse de la lumière... en fait, un an, puisque la date de début du parcours importe peu. J'ai pas trouvé dans le Vordar... et pas dans le Slovkneg non plus. Par contre, le ReVo (espéranto) nous donne une agglutination : lumjaro, le dico de l'interlingua donne un nom composé : anno luce et le Lexicon (sambahsa) aussi : luce-yar. Par contre, on n'est pas tout seuls à planter : le Ravlemak et le Vortaro-ido sèchent aussi... et j'me suis pas donné la peine de fouiller dans le Kerckhoffs (volapük), un dico datant de la fin du... XIXe siècle ; ben tiens.

En fait, personnellement, je ne peux pas me contenter d'une juxtaposition de lug et jàr, parce qu'une année-lumière, comme dit plus haut, c'est pas une année ; c'est pas non plus la quantité de lumière émise pendant une année, c'est une distance. Peut-être qu'avec jalutèlet* (tèlet = distance), je pourrais m'en sortir... Y aurait pas plus de syllabes qu'en français ou en interlingua, même s'y en a davantage qu'en espéranto ou en sambahsa. Reste plus qu'à attendre la soluce en uropi. En psolat, comme il s'agit d'une langue à-postériori pur jus°, j'pourrais me contenter d'un calque du style anniluč.

*Bon... y a ben jalutèl, mais ça me gêne un peu aux entournures... parce que tel, en aneuvien, c'est un adverbe, qui signifie "loin".
°Quoi que le nom aneuvien soit aussi un à-postériori.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyMer 4 Jan 2023 - 15:00

Tu m'as parlé, au téléphone, des langues qui utilisaient le neutre pour les filles (l'allemand, le néerlandais, le grec), sous prétexte de diminutif (pourquoi, d'ailleurs, un diminutif dans ce cas ?). Même nos langues (l'uropi, l'aneuvien, le psolat) ne s'abaissent pas à ça.

Le neutre (on en a parlé aussi) est extrêmement vaste en aneuvien et en psolat, puisqu'il englobe l'épicène (animés dont on ne connait pas ou on n'estime pas utile de mentionner le sexe), l'inanimé et l'abstrait. En uropi, l'épicène (kat) englobe le masculin (gal), mais le neutre n'englobe pas l'épicène. C'est ce qui fait la différence essentielle entre nos langues. L'uropi a l'héritage indo-européen, les langues de l'Aneuf ont fait une croix sur cet héritage : chacun des deux genres sexués est traité de la même manière*.

Tout n'est pas forcément aussi rigoureux :

si une énorme majorité de noms sexués se terminent par un -D ou un -K, ce n'est pas le cas de tous :

merkad, traad = marché
tomod = tomate
potod = patate douce
karrod = carotte
porrod = poireau
amonak = ammoniac
lăk = laque
siyk = vide
etc.


D'autres mots ne finissant pas par ces lettres désignent une entité sexuée : madh, padh, dylka, prins...

Sinon, pour tout le reste, on utilise -d, -dak, -k & -kad si on estime nécessaire une telle précision, sinon, le neutre, seul représentant aneuvien et psolat de l'épicène est de mise.

La réponse :

-Je voudrais voir le directeur.
-C'est une directrice.

est superflue en aneuvien et en psolat°.

E kjas vel vedj àt direktordus.

Direktordu
est neutre et peut être dit aussi bien pour direktorkad que pour direktordak.
Pareil pour præsident, profesor, zhùnjordu, vaxèndu, nexàvdu, ifàndu...¤

La seule influence grammaticale du genre en aneuvien, c'est sur les pronoms.


*Si on excepte le vocabulaire de la noblesse, dû à l'Ancien Régime (qu'il soit français, aneuvien ou... autre), ou celui de diverses religions venues d'outre-Aneuf (paap, imam)... voire d'application, disons un peu particulières, de la sexualité humaine (golærgdu, leàdu, dylda).
°Y compris en psolat, puisque les noms en -or diffèrent entre le masculin et le neutre en dehors du nominatif : direktorom (♂), direktorum (N) à l'accusatif, par exemple.
¤Mais on peut mettre, sans surcharger inutilement : ed profesor istòren ere nep dær: ka ere graṅg = notre professeure d'histoire n'était pas là : elle était malade.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyJeu 5 Jan 2023 - 17:21

Citation :
si une énorme majorité de noms sexués se terminent par un -D ou un -K, ce n'est pas le cas de tous :

merkad, traad = marché
tomod = tomate
potod = patate douce
karrod = carotte
porrod = poireau

Y-at-il une explication pour ce D final, qui pourrait êttre remplacé par un T sans changer la prononciation: merkat (cf it. mercato), tomot (aztèque tomatl), potot (cf patate), karrot (cf carotte), porrot… il n'y a guère que traad qu'on ne peut pas changer.
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyJeu 5 Jan 2023 - 18:03

Doj-pater a écrit:
Y a-t-il une explication pour ce D final, qui pourrait être remplacé par un T sans changer la prononciation: merkat (cf it. mercato), tomot (aztèque *tomatl), potot (cf "patate"), karrot (cf "carotte"), porrot… il n'y a guère que traad qu'on ne peut pas changer.
Une explication rationnelle ? non. J'trouvais que c'était plus joli comme ça. J'ai bien gardé le -D de hœnd (cf all. Hund). Y en a d'autres pour lesquels j'ai voisé aussi la finale, même si c'est pas un -T : comme bàjg (cf. eng bike, pour "vélo"), kàjd (cf eng. kite pour "cerf-volant"). C'est plus un ressenti personnel qu'une véritable logique. Y a un paquet de noms qui étaient à l'origine en -at, qui sont devenus en -ad, tout en restant neutres. merkad vient de mercado (castillan), zhùlnat (de Rémy Julienne) est devenu zhùlnad, pour une cascade (en véhicule). Par contre, y a un jeu de poussée de dominos pour le mariage : nùpdat a disparu, ou plutôt, il a perdu son -D-, c'était la cérémonie du mariage, lequel est donc devenu nùpat. Quant à l'état matrimonial (dix ans, quarante ans de mariage...), c'est devenu nùpad. Tous ces noms sont neutres, bien entendu.


En fait, s'y a pas mal de noms masculins qui se terminent par -D (leod, gated, lefaṅd, moozed etc.) faut pas voir pour autant dans le D le symbole absolu de la virilité ou de la masculinité, même si c'est une lettre saillante*. Pour les noms neutres, ça tombe comme ça... p'is voila. l'aneuvien n'est pas comme le remaï, une langue pansémique. Une lettre dans un mot n'a pas de signification EN ELLE MÊME : c'est l'ensemble des lettres (le mot) qui a une signification, même si on peut des fois couper le mot comme un saucisson, et encore, pas toujours (imbrications, parfois profondes).


*Ni le K comme le symbole de la féminité pour n'importe quel mot parce que c'est une lettre "rentrante". Ces lettres D et K ont leur rôle UNIQUEMENT DANS LES NOMS D'ANIMAUX, personnes comprises.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 6 Jan 2023 - 12:37

C'était simplement pour éviter la confusion avec les "mâles", sans pour autant tomber dans les déformations espérantistes du type sigaredo, parkedo
mais c'est exactement la même chose en Uropi…
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 6 Jan 2023 - 14:19

Doj-pater a écrit:
C'était simplement pour éviter la confusion avec les "mâles", sans pour autant tomber dans les déformations espérantistes du type sigaredo, parkedo
mais c'est exactement la même chose en Uropi…
Là, j'ai pas vraiment compris. D'autant plus que, quand on passe de -D à -T, on change de prononciation : le -D final aneuvien est toujours voisé*.





*Nexàvkad se prononce /nə'ksafkɐd/. Y a guère que dans la diégèse, aux Santes qu'on puisse tomber sur [nə'ksafkʌt]... et encore, en patois du Pelliant, y a aussi nexáq (gosse, môme, au féminin).

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 6 Jan 2023 - 18:02

Citation :
Là, j'ai pas vraiment compris. D'autant plus que, quand on passe de -D à -T, on change de prononciation : le -D final aneuvien est toujours voisé*.

Ah, tiens, c'est l'exception qui confirme la règle ?
Je voulais simplement dire qu'un T final rapproche la plupart de ces mots de leur origine, par ex. karrot / carotte… ce qui libèrerait le D pour les mâââles
mais pour moi, ça n'a aucune importance,
par ex. en Uropi, le suffixe -ar = qui porte ou qui contient: kirelar = chandelier, aplar = pommier, sukrar = sucrier… mais kamar et humar (chambre et homard) se terminent en -ar, mais n'ont rien à voir avec ce suffixe: = souplesse
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 6 Jan 2023 - 18:41

Les règles de prononciation sont assez étonnantes en aneuvien, toutefois, y a pas d'exceptions v'nues d'on n'sait où (comme le -S- intervocalique francophone qui fait [z], sauf dans "asymétrique, asexué, Lesieur", avec des cas dans l'aut'sens : alsacienne (levure), transat, transalpin, transistor, et Jean passe).

Le D ne se dévoise qu'au contact d'une consonne non voisée : F, K, P (j'te rassure : les mots ne s'bousculent pas dans l'Slovkneg). Pas de D à proximité d'un S ou d'un Z (le résultat donne Ż).

À l'inverse, le V est dévoisé en fin de mot, même si la syllabe qui le contient est accentuée (ruv : /'ʁuf/). Il est dévoisé aussi au contact d'un S (klavse /'klɐfsə/°) et des autres consonnes non voisées ci d'ssus.

Les autres consonnes voisées sont dévoisées en fin de mot SI LA SYLLABE FINALE NE CONTIENT PAS D'ACCENT TONIQUE : mazhig /'mɐʒik/, mais mazhige /'mɐʒig/ : le G n'est plus final, le E du pluriel lui a sucré la place. Y a oψhàg /ɔpˈʃag/ (envahir). Le -G garde sa prononciation : on voit bien que la dernière syllabe est accentuée, à cause du À. D'toute façon, y a pas l'choix : - est le charcutage d'un préfixe : ob. Le verbe-source, c'est stàg pour "occuper" (une place).

Pour finir : le -D est la finale masculine des animaux non humains, mais pour les êtres humains, c'est l'inverse : kad = femme, fille. Même règle pour le -K : galek = poule (volaille) ; galkad = poule (entretenue). L'être humain, créateur des langues écrites, avait bien droit à un traitement particulier, non ?


°['klavze] est dialectal (Æstmor, Roenyls à l'ouest de la ligne de train Nakol-Foskne).

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptySam 7 Jan 2023 - 21:50

Doj-pater a écrit:
L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Hugo_c11
Ùt deaw, er aatente as, Aard mir ere civan. Omne pœṅte àt duun hoosen cem mir alúxe, ea siă à ċhodon rev àt inteleten cem mir krépen: habun àt mœndes kes parlaṅdes ea dùneċ kes nàtyns.



Victor Hugo-v


Quelques petites inversions syntaxiques de style n'ont pas été reprises.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyMar 10 Jan 2023 - 13:24

Doj-pater a écrit:
L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 32282510

Chez moi, ça donne

Er tœlas sylànete æt nov jàreċ qua voen ed drœgeċ sin vònun ed kàreże. Victor Hugo-v

J'ai mis "nos cœurs", parce que je suppose que, pour qu'il y ait une amitié, il faut au moins plus d'un cœur (kàred). Du reste, c'est aussi l'cas en uropi (karʒe).


Citation intéressante qui m'a permis de me rendre compte qu'y avait un trou dans mon Slovkneg : j'avais pas "vieillir", alors que j'avais "vieux, vieillard, vieillesse"*. Là, comme pour "vieux", y a deux verbes, selon qu'il s'agisse d'un animal (personne incluse) ou tout autre chose.

Pour "vieux", j'ai geron pour un animal ; pour le verbe, ça devrait tourner à geroen, geròna, geronéa. Bref : rien de bien sorcier, on intercale un -E- pour en faire un verbe en -en°. Seul le subjonctif parfait bouscule un peu tout ça, pour éviter une allitération en -néna. Pour l'autre verbe (pris de von), celui qui nos intéresse ici, puisqu'on parle de l'amitié, eh ben ça va être une conjugaison analogue : voen, vòna, vonéa. Par contre le participe diffère entre les deux verbes. Certes, on a bien vònun (au lieu de voun), mais pour l'autre, ça devrait donner gerœn#.


Sinon, du coup, j'ai ça :

Eg ere hab ùt viċyndax qua ere nep pòten osdòren gerœn; siă da dæna ċyn. Raymond Devos-ev.


*Qu'y va falloir d'ailleurs que j'remette à jour : le N a perdu son point, donc le O qui précède n'est plus nasal.
°Pour la conjugaison, on a bien xxxo + en, ce qui, au parfait de l'indicatif fait tout naturellement xxxo + na. Toutefois, on a bien, pour la prononciation de l'infinitif (et de ce qui en découle) /'vœ:n/ et /ge'ʁœn/, ce qui explique l'absence de diacritique sur le O de l'itif. Pour vòna, le diacritique est là pour enfoncer l'clou sur l'aperture du O.
#Bien faire attention à l'orthographe entre l'itif geroen et le participe gerœn !




J'ai certes deux verbes pour "vieillir", mais je n'ai pas strictement la différence entre senizo et senivo.
Alors, du coup : on a æt stragon làpor geroen muls = ce travail pénible vieillit beaucoup. Traduit en uropi, ça donnerait di streni vark mol seniz, alors que la citation de Raymond devos ci d'ssus donnerat senivo.


Je m'tâte... Peut-être gerònes, vònes...

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Manquer   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 13 Jan 2023 - 9:06

En uropi, les verbes ne... manquent pas, puisqu'on a

manko pour la plupart des sens
disato pour "quelque chose manque" (argent, air, etc)
miso pour "rater"
et enfin longijo ov, dont la syntaxe est inversée, puisqu'on a i longij ov ta pour "tu me manques".


Ben tu vois, Dopa, c'coup-ci, j'ai deux fois moins de verbes, à peu d'choses près, y en a deux assez proches quand même, c'est le verbe uropi miso et le verbe aneuvien mus, certainement de la même origine.

J'ai noté, dans le Vordar : ce av misen de tren = il a manqué son train (cf. plus bas) ; ça donne, chez moi : a mussa ed strægens (du coup, j'ai pas pu me décider sur le sexe du/de la malchancheux.se).

Pour disato, là, j'ai deux traductions :
mus, qui sert un peu à tout (relex ?) :
vod disàt = àq mus = l'eau manque
mais aussi pour longijo ov : nu av longijen ov va = or mussar ni ese = vous nous avez manqué*.

Mais aussi œṅgab° :
La mir œṅgabe àqs posviċ estyw
= on va manquer d'eau l'été prochain.

En fait, disato et œṅgab sont un peu inverses. Pour une langue par rapport à l'autre, le sujet devient complément et Lycée d'Épernon (c'est sur la même ligne).

J'ai trouvé "garçon manqué" (bobiʒika, bobic) dans le Vordar (que j'ai pas dans le Slovkneg), mais j'ai pas trouvé "fille manquée" (ʒikubob ?). Par contre, y a bien ʒinic (kasemon).

*Pas confondre !!! Pour "vous nous avez manqués", on a
vu av misen na
or mussar ese
.

°Par la formation de ce verbe : œṅg (défaut) et hab (avoir), on ne peut pas avoir àq œṅgab pour "l'eau manque".

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 13 Jan 2023 - 17:39

Citation :
 ce av misen de tren = il a manqué son train (

Normalement Ce av misen de tren, c'est elle a raté le train

Citation :
mais j'ai pas trouvé "fille manquée" 

Je crois qu'on ne dit pas "fille manquée", voici l'explication
Celà dit on peut toujours dire ʒikic bob
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 13 Jan 2023 - 18:29

Doj-pater a écrit:
Normalement Ce av misen de tren, c'est elle a raté le train
Donc  y a une coquille dans l'Vordar, c'est bien c'que j'pense.

Dopa a écrit:
Je crois qu'on ne dit pas "fille manquée", voici l'explication.


Cela dit on peut toujours dire ʒikic bob
Quelle différence fais-tu donc alors entre ʒikic et ʒinic ? Ça dépend de l'âge ? Traduit chez moi, y a kasemon dans les deux cas de figure.

En aneuvien (ou en Aneuf, des fois, j'sais plus trop) gutípan* kad et gutípan dak ne sont pas des locutions vraiment appréciées. face à kasemon, y a, 'videmment, dasemon, y a aussi dasem pour "viril". Ça paraît compliqué mais c'est simple :

kasem et kagem° signifie "féminin" pour... des femmes et des filles ; on ajoute -on pour une apparence, une tendance... hors du commun, on va dire. -On pourrait être rapproché du français -âtre (rodhon = rosâtre). Cela dit, -on n'est pas l'exact calque de -ic, il s'étale très largement et a pris de l'ampleur ces dernières années.

Pour dasem, eh ben, c'est tout simplement symétrique, on peut donc avoir dasemon pour des filles et des femmes.

Il s'agit surtout d'apparence physiques et non de comportement. Les qualités, les vertus, les défauts et les vices n'ont pas de sexe.

À propos de couleur rose, les rugbymen du Stade Français, y sont quoi ?



*Adjectif verbal pris de gutípe pour "rater, manquer".
°Le S vient de simère (sembler), le G vient de goox (sexe). Kagem ne se rapporte qu'à la parturition, aux cycles d'ovulation, à l'allaitement...

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptySam 14 Jan 2023 - 11:22

Citation :
Quelle différence fais-tu donc alors entre ʒikic et ʒinic ? Ça dépend de l'âge ?

Oui tout à fait… et de comportement: une femme ne se comporte pas comme une fille (et lycée de Rambouillet… ou celui de Hanches qui est en gestation…)

Citation :
À propos de couleur rose, les rugbymen du Stade Français, y sont quoi ?

Ah, ben c'est clair: il y a les filles en rose et les garçons en bleu Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptySam 14 Jan 2023 - 11:56

Dopa a écrit:
une femme ne se comporte pas comme une fille...
Et un homme pas comme un garçon, on dirait aussi, ainsi, on aurait aussi bobic et manic.

Chose assez marrante en matière de traductions entre l'uropi et l'aneuvien :

mani = dasem
manic, bobic = dasemon

ʒinu = kasem
ʒinic, ʒikic* = kasemon
.

Doj-pater a écrit:
Ah, ben c'est clair: il y a les filles en rose et les garçons en bleu Laughing
Paraît que ça n'a pas toujours été l'cas. À une époque, on habillait les fillettes en bleu (couleur de la Vierge Marie) et les garçons en... rouge (couleur de l'énergie). Comme quoi les stéréotypes changent avec les époques.


La couleur idéale, pour tordre le cou aux stéréotypes (aussi bien féminins que masculins), ce serait... le vert, couleur opposée au magenta, ce dernier étant un mélange additif de bleu et de rouge. Et l'tour est joué.

*Y a un truc  dans le Vordar-version qui m'a laissé quand même un peu père-plexe, c'est ça :
ʒika  fille (jeune femme)
Y aurait pas comme un hic ? J'voudrais bien que tu m'en dises davantage, j'comprends pas bien... ou bien... j'ai peur de comprendre.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptySam 14 Jan 2023 - 16:40

Bref, y a des termes suffisamment vagues pour qu'on puisse les utiliser si on est indécis, et d'autres suffisamment précis si la précision, justement est nécessaire.

Pour la précision, y a, en uropi, desalden, pour une tranche d'âge allant exactement de 10 à 19 ans et 364 jours, pris de des pour... la tranche de 10 (desùn, desdu...) ; y a aussi majalden (majeur), minalden (mineur). Les autres termes ʒina, ʒika, bob, man, jun etc. sont nettement plus approximatifs.

Par exemple, à qui correspond ʒika ? pas évident à répondre ! ♀, bon, là, c'est certain, mais jusqu'à quel âge ? 20 ans ? 26 ans ? 30 ans ? davantage (pour les amateurs de cougars) ? Le terme aneuvien le plus proche, c'est sans doute jœnkad, lequel englobe à la fois "jeune fille" (zhùnkad) et "jeune femme" (jœng vaxènkad).

Pour la gent masculine, on aurait l'équivalent avec bob... encore qu'on n'en soit pas si sûr... mais comme on n'est pas sûr du contraire, on va faire comme si. Chez moi, y a donc jœndak (0 à ~26 ans), lequel englobe donc (comme ci d'ssus) baabdak, ifàndak, nexàvdak, zhuvèndak° (tous ceux-ci englobés dans zhùndak, juste à la veille du 20me anniversaire) puis jœng vaxèndak.

Bref, quand on sait pas l'âge de son vis à vis, mais qu'on a une vague idée, on peut toujours s'en sortir avec un terme suffisamment vague afin de pas mettre ledit vis-à-vis mal à l'aise. Question de civilité.


J'me rappelle plus trop quelle traduction tu m'as donnée (j'aurais dû noter) pour "elle a trente deux ans", je suppose que c'est ce se trides-du jare. Moi, j'ai deux manières et demie de faire :

âge courant : ka • jàrev ternek-tern (elle est dans sa trente-troisième année : j'ai pompé ça au latin)
âge révolu : ka haba ternek-tiyn jàrse dvon sàrdaw (elle a eu trente-deux ans avant-hier) ; c'est cette formule qui est requise pour un âge légal : a fàl hab tinek-ùt jàrs ber traṅvikun ùt bus (il faut avoir (eu) 21 ans pour conduire un bus).
âge approximatif : ka • gerev ternek = elle a dans les trente ans.

On choisira une des formules, y compris pour d'autres animaux, y compris pour tout le reste :

Æt • ùt jœng tartúg, a • gerev nor pentek = C'est une jeune tortue, elle n'a que cinquante ans.
Sed kanari dæna sàrdav, a ere jàrev nov = son canari est mort hier, il allait sur les neuf ans.
Ær tænde • gerev tinèrent = Ces arbres ont deux-cents ans.
Ved dulkùsar nepjó varánetev sub: a haba tinek jàrse aṅviċ heptaw = Votre paire de ciseaux n'est plus sous garantie : elle a eu vingt ans la semaine dernière.

°Afin de ne plus créer d'ambigüité avec zhùnjor-, le U de zhuvèn- devrait être postériorisé en [u]. ce qui ne pose aucun problème, cette lettre n'ayant aucun diacritique le maintenant dans une position (jusqu'ici antérieure : [y]). Toutefois, malgré l'origine latine (IWENIS), la palato-alvéolaire [ʒ], pompée au français "juvénile" subsisterait, pour ne pas créer d'ambigüité avec jœng (pris de l'allemand jung).

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.


Dernière édition par Anoev le Dim 15 Jan 2023 - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyDim 15 Jan 2023 - 18:26

Bon, j'ai pas trouvé dans le Vordar-thème, mais j'ai trouvé dans le Vordar grammatical que l'agglutination concernait toute la dizaine de 11 à 19, les autres dizaines (à partir de 21) fonctionnent avec des traits d'unions, comme chez moi.

Une différence cependant, concerne la "première" dizaine uropi, par rapport à son équivalente aneuvienne (tout du moins, jusqu'à 16) : l'accentuation. Elle est en dernière syllabe en uropi (destrì, deskwèr...) et sur la première en aneuvien, ce qui me fait l'économie d'un diacritique (dektern, dequat...). Autre chose : en uropi, il s'agit d'une juxtaposition d'éléments pour tous les nombres de 10 à 19. En aneuvien, c'est un peu différent : on a droit à des juxtapositions, comme dekut, dektin, dektern, dekpent, deux imbrications, comme dans dequat et dexeg ; et à partir de 17, comme annoncé plus haut, c'est des compositions à traits d'union.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyJeu 19 Jan 2023 - 21:01

Pour "pauvre", j'ai trouvé pavri, ce qui est, après tout, normal. Y a aussi pavrid pour "pauvreté" et pavrim pour "pauvrement", ce qui en découle. Le suppose que ça rejoint les deux sens, à savoir "vraiment pas riche" et "malheureux", comme dans pavri bobit, comme j'ai vu dans le Vordar-thème. Pour "appauvrir", y a pavrizo (tr.) et pavrivo (intr.). Pavrizo pourrait éventuellement traduire "paupériser" (appauvrir sciemment, pour dominer) ; à réfléchir. Pour "appauvrissement", y a pavrizvad. Normal ; toutefois, à réfléchir, je verrais pavrivad pour "appauvrissement" et pavrizad pour "paupérisation". À réfléchir itou.

J'ai deux racines différentes, une par sens. Pour ce qui est de la pauvreté (économique), j'ai qùvet, un à-priori, pris du non moins à-priori qùv. Du coup, pour "pauvrement", j'ai qùvas. Qùv est dit aussi, par exemple pour "un sol pauvre, une région pauvre, un pays pauvre". Pour "appauvrir", j'ai aqùve ; pour "paupériser, j'ai aqùves ; d'où aqùvtyn pour "paupérisation" et qùvad pour "appauvrissement".

Pour l'autre sens (malheureux, pas forcément au sens économique), j'ai tolor, je traduis donc ton exemple en tolor nexàvdak. Un homme pauvre, c'est ù qùv dak ; un pauvre homme, c'est ù tolor dak. Attention à la contraction, qui donne ici un sens très dépréciatif : ù toldĕ = un pauv'type ; avec tout ce que ça peut contenir de méprisant (pavruji tip en uropi, je présume).

On passe donc du coq à l'âne. J'ai donc découvert tip, dans le Vordar pour "type".

J'ai également deux traductions possibles. Comme suggéré plus haut, , c'est un type, dans le sens de "un individu". Ce nom peut être au neutre (épicène) ou au masculin ; ce qui revient au même chez toi (he) mais pas chez moi (a ou da).

Àt juk cem dora obgæn pavàr ùt hoψev per ùt dĕv elitraṅsaqmíhev. = La p'tite s'est fait suivre pendant une heure par un type en imperméable.

Dĕr, chez moi, si c'est au neutre, c'est "des gens" (liente).

Sinon, au neutre aussi, j'ai typ, mais là, ça ne concerne plus du tout un individu, sauf si, évidemment, on dit æt typ dùn (ce type de personne), mais ça peut concerner tout autre : ùt alj typ xeliysen (un autre type de voiture*). Peut être introduit dans des agglutinations :
typèpest = lettre-type
typmorùlef = formule-type
et j'en passe.


*Alors que "un autre type en voiture" se traduirait ùt alj dĕ xeliysev. Dans ces deux phrases, les préposition françaises "de" et "en" ne se traduisent pas. Pourtant les deux phrases aneuviennes sont radicalement différentes. Et quand j'pense qu'y en a°qui disent que "je fais français". Un comble !
°Djino

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyVen 20 Jan 2023 - 19:06

Citation :
Et quand j'pense qu'y en a°qui disent que "je fais français". Un comble !
°Djino

L'aneuvien ne ressemble pas vraiment au français… cependant, il y a parfois un côté français dans ta démarche… tu pars souvent des définitions françaises des mots, par exemple le fait de reprendre des différences que seul le fr. fait (par ex. appauvrissement, paupérisation: l'allemand Verarmung, le sué utarmande, le russe обнищание = les 2)
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptySam 21 Jan 2023 - 10:31

J'ai mis ma réponse , seul l'aneuvien y étant concerné*. J't'invite à jeter un œil par là.


*Sauf un mince détail (dokumènt).

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptySam 21 Jan 2023 - 15:04

Doj-pater a écrit:
L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Usvolp10


Usvolpo = évoluer < volpo = envelopper < PIE *wel- = tourner, tordre, rouler > lat volvo > it avvolgere, esp envolver = envelopper > Ur. disvolpo = (se) développer

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Dali_l10
Páṅet dùen = évolution de l'homme
Duun páṅet  = évolution humaine.

Paṅe (-a, -éa) = évoluer (on ne confondra pas avec pàn = passer (son temps, par exemple) ; la conjugaison n'est d'ailleurs pas la même (pàn, pàna, panía*), la prononciation non plus. Vjàle, c'est "développer" dans ce sens ; penser à la compression nyvjà = culture (développement de l'esprit).

Paṅet est utilisé aussi bien dans le sens négatif (voir dessin) que dans le sens positif. On se méfiera de l'homonymie entre le nom et l'impératif du verbe. Dans le sens strictement positif, c'est gypáṅet.

Lama = lama (Tibet)
Ljama = lama (Amérique).

Div! Ar inzhe ùr rhiynse!

*Nep pànit ed tempes nechònirun = Passe pas ton temps à rêvasser.

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyMar 24 Jan 2023 - 0:37

Une phrase que j'aurais bien voulu avoir en uropi et... en français, pour deux raisons différentes :

je n'ai pas trouvé le verbe "traire" en uropi
ce verbe n'existe pas au passé simple en français.

Voilà ce que ça donne en anglais, en espéranto et en aneuvien :

He milked forty cows and thirty goats in one morning
Li melkis kvardek bovinojn kaj tridek kaprinoj en unu mateno
Da latrágă quàtek boovexe ea ternek kàprexe ùt nebanetev pavàr.


J'verrais bien liko, ce qui aurait donné :

He likì kwerdes govas id trides kadas in u morna.

J'ai peur que ça fasse un peu relex depuis l'anglais... Boh : Zam' s'est pas trop gêné pour l'espéranto, y a pas d'raison... En tout cas, si tu l'avalises ou bien si t'en trouve un autre plus adéquat, on aura un point d'avance sur le français, pour lequel, j'avais imaginé, un moment :

il trut quarante vaches et trente chèvres en une matinée... si "traire" s'était conjugué au passé simple comme "plaire". Manqdebol...

Y aurait bien "il a trait quarante vaches"... Mais bon, ça fait quand même une ambigüité avec : "cette émission a trait à l'élevage", tu crois pas ?

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Velonzio Noeudefée
Référent Actualités
Velonzio Noeudefée


Messages : 7599
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyMar 24 Jan 2023 - 8:35

Pour moi traire, s'il avait un passé simple, il serait comme au 2ème groupe, chose que j'étendrais à naitre et connaitre.

trais (s - t)
traîmes
traîtes
trairent

En fait le même pour les verbes dont l'infinitif est en -aire ou -aitre, régularisre sur le 2ème groupe en ir (à quand en ire, lol).

_________________
En collaboration : yazik ; en cours : llîua, diònith, (frenkvëss), (thialim) (((monurpilf)))
En pause : yadios, Epçune !, mihia, endietc, suedz, liosès
Aboutie : suok et lignée pré-mihia, thianshi, diarrza, uosmigjar (essai : ortogrévsinte, sinywila, SESI, KISSI)
langues parlées: allemand - italien - elko - baragouin de globish

T'eiwi soirom : avanen ten csivdrañgoy èns seiwaca sistema -losi. (velangz)
Mon rêve est que les humains deviennent les jardiniers de la vie dans le système solaire.
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater


Messages : 3723
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyMar 24 Jan 2023 - 12:40

Citation :
Anoev

Ljama = lama (Amérique).

En Uropi, ça ne peut pas marcher puisque liama (< liam = amour) veut dire "femme aimée":
Mi liama ! Mon aimée, mon amour et pas "mon petit lama !" (peut être que ça se dit au Pérou… va savoir)

En plus, on ne pourrait plus faire le jeu de mots…

Pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 EmptyMar 24 Jan 2023 - 12:42

Velonzio Noeudefée a écrit:
Pour moi traire, s'il avait un passé simple, il serait comme au 2ème groupe, chose que j'étendrais à naitre et connaitre.

trais (s - t)
traîmes
traîtes
trairent

En fait le même pour les verbes dont l'infinitif est en -aire ou -aitre, régularisre sur le 2ème groupe en ir (à quand en ire, lol).
Le problème (mais en est-ce bien un ? Dans la langue de Molière, on en a vu bien d'autres) c'est l'homophonie avec le passé simple de "trahir" (verbe du deuxième groupe... justement).

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 38 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'aneuvien, le psolat et l'uropi
Revenir en haut 
Page 38 sur 39Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39  Suivant
 Sujets similaires
-
» Psolat
» InterRoman (publié sous licence CC0)
» Chiffres et nombres
» Batailles lexicales 2
» Volapük~aneuvien~uropi~espéranto~psolat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Idéogénéral :: Idéolangues comparées-
Sauter vers: