L'Atelier
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-57%
Le deal à ne pas rater :
Pyrex Classic Broc – Mesureur en verre avec couvercle 1L
8.49 € 19.55 €
Voir le deal

 

 L'aneuvien, le psolat et l'uropi

Aller en bas 
+12
SATIGNAC
Bedal
Troubadour mécréant
PatrikGC
Olivier Simon
Velonzio Noeudefée
Aquila Ex Machina
Doj-pater
Seweli
Vilko
Mardikhouran
Anoev
16 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptySam 26 Juin 2021 - 12:19

Oupses ! Au temps pour moi, en plus de ça, c'était écrit noir sur blanc dans le Vordar. Pourtant j'aurais jûûûré... J'ai dû avoir une hallucination. Eh ben Quand Idéolexique sera réparé (parce qu'actuellement, y plante !), je corrigerai ça vit'fait beeen fait !


Dans les adjectifs uropi, si j'en oublie pas, y a

les adjectifs verbaux en -an, et ceux en -en. Y correspondent respectiv'ment

en aneuvien aux A.V. en -un et en -an
en psolat aux A.V. en -and/-end/-ind.
on retrouve une construction à peu près analogue
en interlingua, où on a -ante/-ente/-inte (sauf erreur de ma part)
et en espéranto où le -E final est remplacé par un -A.

... et les adjectifs qualificatifs. Là, on retrouve -I (y compris -li pour "able") et -ic pour "qui tend, qui ressemble", mais aussi des adjectifs "pleins" (sans affixe), comme bel, bun... Dis-moi si j'en oublie.

Là, en aneuvien (comme dans d'autres langues d'ailleurs, mais les suffixes ne sont pas calqués à l'exactitude), les suffixes ne manquent pas. Celui qui tient, si on peut dire, le haut du pavé (et celui des pavés de traductions), c'est -on. Il caque le plus souvent les adjectifs français en -eux, mais pas seulement, il en déborde largement, certes, on a iklímon (amoureux), hàrlon (heureux), rovœron  (ennuyeux), mais y a ausssi rubon (rougeâtre), hrænon (verdâtre), orron (entier), krpùlon (enveloppé, en parlant d'une anatomie), et par ailleurs, y a misor pour "haineux" (alors que mison = odieux). Pour les adjectifs (pas tous) en "-able/-ible/-uble" (-li en uropi), le suffixe qui tient la majorité est -dar, comme pòtendar (possible), inzhdar (mangeable, comestible), bevdar (buvable, potable), færdar (portable). Par contre, si on a bien ernòtar & advárdar pour "respectable" dans le sens de "notable, évaluable", on a aussi dyvèrtend (à qui on doit des égards). Et puis, il y a les... classiques (c'est l'cas d'le dire !), comme kùprig (cuivrique), jànig (ferrique), klasig (classique), novlíthig (néolithique)... Quant aux adjectifs en "-iste" (-isti en uropi), ils donnent -eson (on retrouve -on). Quant aux adjectifs bruts (sans affixe), on retrouve ryln pour bel, lood pour bun, les adjectifs de couleurs basique (rub, hræn, blu (on a l'même), cjaṅ, zhàl...), lesquels peuvent être combinés : zhub (orange), blæn (bleu-vert), svỳt (pie, pris de svart et wỳt). Y reste encore un certain nombre d'adjectifs en -en (pas confondre, ni avec les noms (strægen) ni les verbes (open, liven) ni avec leurs homologues uropi. Souvent, d'ailleurs, ils ont des paronymes en -on :
ùt bùnezen adòrt = une affaire (instruction) criminelle
ùt bùnezon bovòra = un comportement criminel
ùt lùfraden læsq = une enquête policière
ùt lùfradon usléxet = une bavure policière.

Et j'en ai p'têt'oubliés. Mais l'inter est d'jà assez longue comme ça. Tu peux toujours me donner des détails sur les finesses  uropies des adjectifs.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 27 Juin 2021 - 23:28

Doj-pater a écrit:
Vuln - la laine

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Vuln_c11
Pour çui-là, j'me suis pas trop cassé l'chou : j'ai déformé depuis l'anglais wool, l'allemand Wolle ou le néerlandais wol en donnant woal, que ce soit  la laine encore sur la peau des ovins ou la laine cardée, filée etc. La prononciation est bien aneuvienne : /'vɔ:l/. On a, comme dérivés :
wolprod pour "lainage" (le premier O a été raccourci)
wòlon pour "laineux" (... et là, un diacritique a été rajouté pour forcer l'aperture du O du radical, également raccourci).

Le psolat, je l'avais pas, mais j'pense que laná, pompé au latin, devrait pouvoir aller. Pour le lainage, j'aurai, bien, sûr lanum*, et pour laineux, eh ben lanos, évidemment.



*J'aurais ben pu évidemment penser à lanaž, mais là, la relex crevait les yeux, je m'suis donc rabattu sur la désinence -um qui, en psolat, est non seulement neutre, mais aussi un produit bien concret et fabriqué. Par contre, le Vordar ne le mentionne pas. J'verrais bien vulnar, qui est fait en laine, qui contient de la laine. T'en dirais quoi, Dopa ? et l'comité ? En tout cas, j'ai bien apprécié vunli (de to wound = blesser) pour "vulnérable"°. C'était se tirer des pattes d'un faux-ami particulièrement vicieux.
°Plàmdar, chez moi (anv).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Parlons un peu astronomie   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMer 30 Juin 2021 - 20:38

Une planète, en aneuvien se dit (et s'écrit) planet, comme en volapük et en uropi, d'ailleurs. Il désigne, depuis un paquet de décennies, un astre, tellurique ou gazeux, n'émettant pas d'énergie (comme c'est le cas pour une étoile) lumineuse, et tournant, en principe, autour d'une étoile. On en découvrit neuf, puis d'autres, et à partir de 2006, l'UAI, forte de découvertes de nouveaux de ces astres, décida d'y mettre un peu d'ordre, en en restreignant un peu la définition. Comme je ne voudrais pas m'étaler ici, je vous invite à aller faire un tour là-bas. La division astronomie de l'Académie aneuvienne des sciences (diégèse), discuta pas mal avec l'Académie de Nakol (diégèse itou), et furent d'accord sur un point. Le sens du mot originel planet ne  doit pas être chamboulé, et le mieux, ce serait de  créer un nom proche qui correspondrait aux nouvelles définitions* : planeta, qui correspondrait donc aux huit planères, de Merkùr à Neptùn, ainsi, personne ne serait lésé.






*Ne  plus considérer une exoplanète (planète tournant autour d'une autre étoile) comme  une planète, consisterait à revenir à l'héliocentrisme, alors que l'astronomie moderne avait accepté de considérer le Soleil comme une étoile parmi tant d'autres, au sein de la Voie Lactée, voire au sein de l'univers. Ne pas considérer, au sens linguistique du terme, une planète naine comme une planète, reviendrait à mettre en cause le sens du mot "nain" : un lapin, un cheval nain ne seraient donc ni un lapin ni un cheval ? Pire même : un nain ne serait donc pas à considérer comme un homme ? D'où donc l'apparition du nom planeta, proche de planet, mais à la définition conforme à celle de l'UAI. Les psolatophones (diégèse, encore un coup) ne sont pas restés inactifs et ont emboîté l'pas sur l'Académie de Nakol, mais avec, bien sur, la déclinaison de ce type de noms. Main'nant, ce que je ne sais pas, c'est à quoi correspond planet en uropi et en volapük : à la définition antérieure à l'UAI (ce qui serait normal pour le volapük) ou à la définition actuelle (celle de l'aneuvien planeta et à celle du psolat planetá) ? Mais les autres (loso, planedo etc.) ne sont pas exclus de la question, beeen sûûr. Alors ?

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptySam 3 Juil 2021 - 13:07

Doj-pater a écrit:
Je ne sais pas si c'est une erreur (à vérifier) mais
udesan = inférieur (étant en dessous: sous + étant)subesan = supérieur
mais
udestan = subalterne (se tenant en dessous: stan = debout (qui se tient -)subestan = (un) supérieur (dans la hiérarchie)

Chez moi (en aneuvien), on ne dit pas subon (inférieur) pour un être humain, on peut dire subizhœṅdan° ou subizhœṅdu (subordonné, la meilleur des solutions, même si on retrouve le préfixe sub-) ou bien subálj pour "subalterne".

Donc, y a un faux-ami entre le sub- uropi et le sub- aneuvien. On fera donc attention, par conséquent.

Supérieur (dans le sens hiérarchique surtout, ou dans les classements*) se dit chez moi : supor; suporet pour "supériorité" (en performances, en nombre).


°Pris de izhœṅd pour "ordonner" (commander), par contre, une proposition subordonnée se dit ùt indòlan subránt, pris de indòle pour "contenir" (1).
*Par contre, on a erlàm pour le lit supérieur d'un fleuve (crue) ; VS sublàm pour le lit inférieur (étiage).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptySam 3 Juil 2021 - 18:26

Doj-pater a écrit:
L'avantage, c'est qu'on n'a pas besoin de dire udeorden udefràz, qui serait un pléonasme: udefràz suffit.
Comment dis-tu donc "proposition indépendante" ?

Bon, tu vas m'dire : une proposition indépendante toute seule, c'est... une phrase. Mais par exemple, deux propositions indépendantes reliés par une ponctuation (sauf le point, évidemment) ou une conjonction de coordination (Mais où est donc Ornykar !). Chez moi, c'est subránt pour toute sorte de proposition et indòlan subránt pour une subordonnée. Pour la principale, c'est... indòlun, mais on peut aussi dire pirmal (le terme... principal : pirmal ministr = premier ministre, té !). La proposition indépendante a un terme bien à elle, puisqu'elle ne contient ni n'est contenue, c'est iquránt (pris de iquæl et subránt).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 4 Juil 2021 - 0:31

Doj-pater a écrit:
Mais Graf le comte ne prend qu'un F,
alors que graff, graphe, de graffiti peut en prendre 2
C'est bien c'qu'y m'semblait avoir lu. Par contre, le graphe d'une fonction, c'est à dire l'ensemble des couples vérifiant (x ; f(x)), je sais pas comment ça se dit en allemand*.



*Chez moi, ce serait kexhôz comme funktœl, va savoir... Par contre, pour çui-ci, j'vois pas. Peut-être funktœl, ou gontœl... j'hésite un peu.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...


Dernière édition par Anoev le Dim 18 Juil 2021 - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 4 Juil 2021 - 13:48

Citation :
Donc, y a un faux-ami entre le sub- uropi et le sub- aneuvien. On fera donc attention, par conséquent.

Oui, car le sube Uropi ne vient pas du latin sub; c'est une préposition composée de su (sur) + be (à) qui correspond en fait à l'hispano-portugais sobre, italien sopra, au latin super, al über, hindi upar… > subemerkad = supermarché

Comme intra (entre) = in + tra ne vient pas directement du latin inter… cf bengali antarē = parmi, gujarati andar, panjabi adara = à l'intérieur, cingalais atara = entre
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Velonzio Noeudefée

Velonzio Noeudefée

Messages : 6245
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 4 Juil 2021 - 13:55

supe ne serait-il pas plus clair ?
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 4 Juil 2021 - 14:04

Supe, ce sont les soupes au pluriel…
Bah, l'essentiel c'est de ne pas tomber dedans, parce qu'après on risque de pédaler dans la choucroute (ou dans la semoule) ça dépend de la région Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 4 Juil 2021 - 18:18

C'est vrai que j'ai pris un risque (mais pour une persolangue, on peut tout s'permettre ! Razz ), c'est d'avoir à la fois sup- et sub-.

Toutefois, sup- n'est pas beaucoup utilisé* et a comme alternative er- (augmentatif, le plus utilisé) et en- ("sur", moins fréquent néanmoins). Sauf erreur de ma part (sinon, j'corrigerai), y a pas un même radical qui puisse avoir sup- ou sub-. Du reste, subon (inférieur) a comme antonyme supor (supérieur) et non supon.




*Y a supmèrkad, quand même, mais là, en fait, il s'agit bien d'un calque. On retrouve, d'ailleurs en uropi subemerkad (d'où vient le premier -E- ?).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Points communs et différences :   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 18 Juil 2021 - 0:55

GAL (coq)
En eneuvien, gal, c'est un poulet, plus vaguement un gallinacé de l'espèce GALLVS, donc ni un faisan, ni un dindon ni etc. le coq, c'est galed.

KUN (chien) ; se dit hœnd en aneuvien.

GOVA ; boovek, chez moi.

AND ; quon.

GOS. On n'est pas trop loin : oz.

ASEL ; asin.

SWIN. Chez moi, c'est palatalisé : chwin. Chwined pour le verrat, chwinek pour la truie.

OVIN ; ov en aneuvien, comme l'œuf en uropi. L'œuf en aneuvien s'écrit óv (et le O est bien fermé... comme un œuf !).

HAZ (lièvre) haar en aneuvien ; haak pour madame, haad pour monsieur.

SKELDAN, chez moi, tartúg : pas foulé, hein !

KADA (chèvre) kàprek en aneuvien ; kàpred pour son compagnon.

BARS (ours). Là, j'en ai plusieurs : biyr, surtout pour l'ours brun ; àrqit pour le blanc ; màrgit pour le noir.

KWAL (cheval) hippo pour l'animal (hippok pour la jument, hippod pour l'étalon, ckutíppod pour l'hongre, nexíp pour le poulain), kaval pour tout le reste (échecs, gymnastique).

KONÌL (lapin), kunyl, ràbyt (domestique)

ZEBER ; zybar : on se touche ; quel que soit le nombre de rayures.

ELEFÀNT. Chez moi, c'est un peu comme une aphérèse : lefànt.

HIPOPOTÀM ; flumíp, hipotam chez moi.

TIGER. On est proches : tigr.

DELFÌN. Dælvyn.

KAT. Pourquoi tu l'as pas mis dans les origines latines (CATTVS) ? Chez moi, il est passé par le catalan pour l'aneuvien : gat

APIN (singe) ; simez chez moi.

KAMÈL (chameau) ; zhàmal

LIOV ; là, j'me suis pas foulé : j'ai directement pris du latin : leo.[/color][/color][/color][/color][/color][/color]

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 18 Juil 2021 - 10:47

Ok, ça marche, c'est tout à fait clair et compréhensible quant à l'origine

Citation :
KAT. Pourquoi tu l'as pas mis dans les origines latines (CATTVS) ?

Justement parce que ce n'est pas un mot d'origine latine. Le mot latin est felis (d'où félin et Felix le chat…)
C'est probablement un terme d'origine afro-asiatique (sémitique ?) que l'on retrouve en nubien et en berbère…
cattus, catta a été emprunté beaucoup plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 18 Juil 2021 - 11:12

Doj-pater a écrit:
Justement parce que ce n'est pas un mot d'origine latine. Le mot latin est felis (d'où félin et Felix le chat…)
C'est probablement un terme d'origine afro-asiatique (sémitique ?) que l'on retrouve en nubien et en berbère…
cattus, catta a été emprunté beaucoup plus tard…
Tempev pœr es*, je ne savais pas. J'ai ramassé ça au catalan, langue romane. Je connaissais pas l'origine de CATTVS, n'ayant pas gratté au delà du grec et du latin.


Pour gal et kad en uropi, on en avait d'jà causé, et tu m'avais déjà exprimé tes motivations, tout comme pour gova°. J'ose avouer que je n'accroche toujours pas, mais bon, c'est un avis personnel, que je n'oserais pas faire admettre comme un jugement de valeur.







*Je sais pas comment on dit "au temps pour moi" en uropi.
°Comment traduis-tu cette phrase en uropi ? Chez moi, ça donne ăk er vedje àr boovexe? puisque la vidéo parle d'un fromage ; sinon, c'aurait été boovse.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyDim 18 Juil 2021 - 19:19

Doj-pater a écrit:
Comme en aneuvien ov-kad Wink .
En fait, en aneuvien, on a ovenkad pour "bergère" et ovek pour brebis. Ovkad, ce serait, en quelque sorte, une femme "mouton", sans initiative, sans volonté. -Du, -kad, -dak s'adressent spécifiquement° aux êtres humains. Galenkad est une femme ou une fille qui, dans une ferme, s'occupe de la basse-cour. Galkad, c'est une poule (une femme entretenue). -En- pour un être humain derrière, c'est, en général* "qui s'occupe de".





°Spécifiquement, mais pas exclusivement, y a quand même des noms comme merkad (comme en uropi) et arkad ; mais ce sont des noms d'un seul tenant, pourtant la déclinaison est identique : ar pùzer dyn àt merkaż que je te laisse le soin de traduire. Mais y a aussi pas mal de noms (neutres) en -ad, qui ne sont, eux non plus, pas d'un seul tenant, comme buskad (recherche). Toutefois, on ne confondra surtout pas avec le mouton (6), lequel se dit en aneuvien zholdeskodu, voire, en argot des prisonniers, zhosko. Dem redifet æt dĕn: æt • ùt zhosko = Méfie-toi de ce type : c'est un mouton.
*Hœndendu, c'est un maître-chien. En guise d'exception (il en faut bien !), lefaṅdu, c'est un cornac, et non Elephant man (ernómorqbon dù).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Avanti la musica !   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMar 20 Juil 2021 - 11:40

En fait, si les trois langues ont les racines grécolatines comme origines, seul l'uropi*, pour une raison que j'ignore a le Σ (grec) ou le S (latin) transformé en Z, prenant en ça, le passage du S intervocalique du français, de l'italien et du sambahsa.

À côté de ça, l'aneuvien et le psolat a gardé le S du grec, du latin, prononcé [s] comme en castillan, mais aussi en catalan et en portugais, je présume, le Wiktio étant resté extrêmement discret quant à la prononciation. Heureusement, j'ai fait un peu de castillan, et j'en connais assez bien la prononciation. Le psolat y est donc aligné, par l'entremise de l'aneuvien°.




*Lequel Z qu'on retrouve en néerlandais, en polonais, en letton, en lituanien (mais pas en estonien), en novbasa, en espéranto, en ido...
°À la casse près, semblable à l'allemand, sauf que, dans la langue des Kraftwerk (musiciens remarquables des années '70 et '80), le S se prononce [z].

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMar 20 Juil 2021 - 12:20

Citation :
En fait, si les trois langues ont les racines grécolatines comme origines, seul l'uropi*, pour une raison que j'ignore a le Σ (grec) ou le S (latin) transformé en Z, prenant en ça, le passage du S intervocalique du français, de l'italien et du sambahsa.

De quoi tu parles ?
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Velonzio Noeudefée

Velonzio Noeudefée

Messages : 6245
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMar 20 Juil 2021 - 12:22

Avanti la musica était le titre de son inter, il m'a fallu faire grincer le ménages (rouages des méninges) pour comprendre le mot dont il était question : LA LA LA.

Anoev a écrit:

°À la casse près, semblable à l'allemand, sauf que, dans la langue des Kraftwerk (musiciens remarquables des années '70 et '80), le S se prononce [z].

Tout à fait d'accord Wink
Revenir en haut Aller en bas
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMar 20 Juil 2021 - 12:49

Ah, si l'on parle du mot muzik… ?

Il n'y a pas que le, fr., l'ang., l'italien, l'allemand, le nl. à prononcer z (qui s'écrit d'ailleurs s ou z),
il y a aussi le roumain: muzică, l'albanais muzikë, le russe музыка, et toutes les langues slaves, sauf celles qui disent glasba ou hudba… ainsi que le kurde: mûzîk, le turc müzik,…
Ça fait quand même pas mal de monde !

Ce mot vient de muza*, la muse, et non de mus, la souris (même si en grec on dit μούσα "moussa")
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMar 20 Juil 2021 - 15:41

Dopa a écrit:
De quoi tu parles ?

Parmi les langues dont les mots sont à peu près ressemblants et dont je connais plus ou moins la traduction, y a, en gros, trois types :

les langues où le Σ est resté [s] aussi bien pour la prononciation que pour  l'écriture :

on peut compter le latin, castillan, le catalan, et, par extension, l'aneuvien et le psolat : MVSICA, música, musik.

Les langues pour lesquelles le S se prononce [z] :

le français, l'italien, l'allemand, l'anglais, mais aussi l'interlingua, le sambahsa et (peut-être) la franca nova.

Les langues qui ont clairement opté pour le Z, aussi bien pour l'orthographe (З en cyrillique) que pour la prononciation : là, on a les langues slaves, mais aussi baltes (sauf l'estonien, à part), le néerlandais, l'espéranto, l'ido, et, bien sûr, l'uropi.

Listes non exhaustives. Pour le Z écrit tel quel, ma liste n'est qu'un échantillon. Pour le S prononcé [s], on peut également ajouter (sous réserve, vu mon ignorance de la phonologie de ces langues) le finnois et l'estonien.

Je n'ai bien sûr pas évoqué les autres racines, le problème du Σ ne s'y posant pas (zene en hongrois, par exemple).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Les lions   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMer 21 Juil 2021 - 23:22

J'ai vu que gal, en uropi, signifie "coq" (♂ donc) à cause de son cri matinal. Mais le lion ♂ se distingue, lui, à sa crinière bien visible, or, jusqu'à plus ample informé, liov est commun au terme générique et à l'animal mâle, comme d'autres animaux, alors qu'il faut être fermier ou vétérinaire pour distinguer un bœuf (gov, utilisé aussi pour le terme générique) d'un taureau (taur).

Comment t'en tires-tu pour ces deux phrases ? :

Les lions avançaient vers la mare (comme c'est un groupe, y avait aussi vraisemblablement des lionnes, des lionceaux : "lions" forme l'ensemble).
Ces lions avaient une crinière rousse (s'ils avaient une crinière, y a pas de doute, en principe, sur le sexe des animaux).

En aneuvien, ça donne :

Àr leor ere proge ad àt quls.
Ær leode ere habe ùt roog pikroons.


Malheureusement, j'ai pas "crinière" en psolat et je l'ai pas trouvé en uropi (pas plus celle du lion que celle du zèbre, d'ailleurs !).

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Les lions (suite)   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyJeu 22 Juil 2021 - 13:08

Doj-pater a écrit:
En règle générale il y a tout un tas de précisions qui sont inutiles dans un contexte précis… et la langue, sauf dans les grammaires, se rencontre toujours dans un contexte.
En fait, le psolat se situe, dans ce cas précis, entre l'aneuvien et l'uropi.


En psolat, y a leo pour le lion ♂ et leó pour le lion générique (neutre). Ces deux noms sont très proches (au diacritique et à l'accentuation près), mais ne coïncident pas parfaitement (comme liov, qui désigne à la fois l'espèce et le sexe).

En fait, leó est pris d'un seul tenant du latin (LEO LEONIS), le O fait partie du nom, et il est accentué pour qu'on ne le confonde pas avec le -O de la désinence masculine de leo. Pour les noms sexués, j'ai tronqué le radical en le- et y ai attribué les désinences -O ou -A, contrairement à l'italien (leonessa) ou le castillan (leona) qui sont des dérivés, respectiv'ment de leone et león. En psolat, lea et leo sont tous deux dérivés de leó.

Le génitif singulier de liov est liovi, qu'il ait une crinière ou non (si c'est une lionne, c'est liovu). En psolat, le génitif de leó, c'est leí, celui de leo, c'est leoı et celui de lea, c'est leaı. Les résultats sont plutôt latinisants (mais pas exactement latins, du reste, c'est pas trouvé "lionne" en latin dans le Wiktio), lors qu'en aneuvien, langue qui ne confond pas non plus l'espèce avec le mâle, on a, respectiv'ment, toujours pour le génitif singulier*, leon, leoden, leoken.


J'ai d'autres noms psolats pour lesquels le "neutre" se distingue d'un "genre sexué" par un diacritique, comme pumá ("puma"°, changeons de continent... avec continence  Razz ), par exemple.



*Au génitif pluriel, on aura, face à liovis & liovus :

PLT : leérum, leorum, learum
ANV : leone, leodene, leokene.

°En uropi, c'est puma, pumu, pumas, pumus, quel que soit le sexe de l'animal ou spécifiquement féminin. Et Monsieur puma ? mazi puma ? En aneuvien, c'est pœmad, la variante masculine de pœma. Pœmak étant, tu l'auras d'viné, la variante féminine.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyVen 23 Juil 2021 - 12:37

Doj-pater a écrit:
Bien sûr, comme tu l'as compris, l'Uropi est partagé entre le respect des racines communes indo-européennes et le désir de mettre un peu d'ordre dans tout ça.

(...)

Les indo-européens ont donné des noms différents à leurs proches, qu'ils soient humains ou animaux: homme/femme, père/mère, frère/sœur, fils/fille (*suhₓ-nú-s/*dʰuǵ(hₐ)tḗr)… poule/coq, vache/taureau, bélier/brebis, bouc/chèvre… et c'est à peu près tout, pour le reste, on accole un suffixe au nom de l'espèce (pas au nom du mâle: ce sont les les langues modernes qui ont inventé cette légende, sans doute sous l'influence de la bible: Eve créée à partir d'une côte d'Adam… résultat "le masculin l'emporte sur le féminin" = grammaire du 19e siècle…

L'Uropi suit le PIE: 1) un petit nombre de noms différents (fidélité à l'I-E)
2) on ajoute -a au nom de l'espèce pour le féminin, ce qui n'empêche pas un certain nombre de noms en -a de désigner l'espèce: il n'y a pas de raison: koala, puma, panda… excès de rats: on ne va quand même pas amputer ces noms en koal, pum, pand
Tu comprendras bien que, dans ces conditions, si j'ai gardé quelques racines indo-européennes pour les animaux (humains compris), d'autres règles, je les ai jetées par dessus bord. J'ai pris, comme tu dis, le nom de l'espèce, et j'ai ajouté -ed ou -ek pour les genres, au prix, des fois, d'une éventuelle troncature, comme lefaṅk (éléphante) ou gœpyd (renard ♂). Mon crédo : y a pas d'raison que l'une soit transformée et pas son compagnon (ou l'inverse, comme le puma, le koala, le panda). Pour ce qui est de la côte d'Adam, ne croyant pas à ces âneries, tu comprendras bien que j'y ai tourné l'dos encore plus.

Eg vedja nep àt lobs, a ere rec telert. = Je n'ai pas vu le loup, il était trop loin. Lob et a n'indiquent aucunement s'il s'agit d'un loup ♂ ou d'une louve. C'est clair : il était trop loin, donc on ne peut pas savoir. La phrase française (et aussi la phrase uropi : i vizì ne de vulp, he sì tio dal*) laisse une vague présomption, même si elle n'est pas forcément voulue.


Histoire d'enfoncer un peu l'clou avec les loups (mais d'autres bestiaux peuvent convenir tout aussi bien), on a cette phrase : les loups étaient ensemble.

Chez moi, ça donne : àr lobe ere tœlas. Ça laisse donc à supposer (même si on s'en fout un peu) qu'on évoque une meute, avec des loups, les louveteaux et des louves. En uropi, on a de vulpe sì sam.

Maintenant, on suppose qu'il y a que des loups mâles (le responsable du parc naturel en est certain, il a fait des analyses...), en uropi, il dira la même phrase que ci d'ssus, ou plutôt, il enfoncera l'clou avec de mazi vulpe sì sam. Là où en uropi, on ajoute un adjectif, en aneuvien, on se contente d'une désinence-suffixe : àr lobede ere tœlas.

Maintenant, supposons qu'il n'y eût que des mâles adultes (que les louveteaux, même mâles fussent restés avec leurs sœurs, leurs cousines et leurs mères, comme c'est, je suppose, souvent le cas), on aura :
URO : de gresen mazi vulpe sì san.
ANV : àr vaxenlòbede ere tœlas.
En syllabe, on va pas chipoter, ça se vaut presque (l'aneuvien n'a qu'une syllabe de moins malgré deux E muets !), mais en mots, là où y a deux adjectifs et un nom en uropi, y a une agglutination de trois éléments concaténés dont la prononciation est loin d'être aussi malaisée que dans certains mots turcs, allemands ou espéranto. Mais bon, dans l'ensemble, les deux langues s'en tirent pas mal.

Pour "le loup et la louve étaient ensemble" (un couple), on a :
URO : de vulp id de vulpa sì san.
ANV : àt lobed ea't lobek ere tœlas
ESO : la gelupoj estis komune.

Pour les deux première langues, on est obligé de mettre les deux noms pour donner une idée de couple, sinon, on revient au premier exemple avec la meute rassemblant des loups ♂ et des louves. Pour l'espéranto, on a bien gelupoj qui donne une idée de sexes différents ensemble, mais on perd la notion de nombre : étaient-ils en couple, en meute ? Bref : on peut pas tout avoir !

Doj-pater a écrit:
L'Uropi suit le PIE: 1) un petit nombre de noms différents (fidélité à l'I-E)
2) on ajoute -a au nom de l'espèce pour le féminin, ce qui n'empêche pas un certain nombre de noms en -a de désigner l'espèce: il n'y a pas de raison: koala, puma, panda… excès de rats: on ne va quand même pas amputer ces noms en koal, pum, pand
Là, j'me suis limité au père et à la mère pour la disparité, et encore parce que dans pas mal de langues, les noms sont proches (pas comme en russe), comme en français ("-ère"), en allemand (-ter), en anglais (-ther), en castillan, en italien... (-adre), et parce que sont quand même LES géniteurs, du coup, ils ont leur finale en -adh, mais ça s'arrête là. Tous les autres, qu'ils soient grands-parents, beaux-parents, oncles et tantes, neveux, nièces, frères et sœurs, sont traités de la même manière en aneuvien : avec le suffixe -dak (♂) ou -kad (♀) et -du pour tout le reste (entre autre, l'équivalent de ge- espéranto, mais pas que).
fràndak = frère, frànkad = sœur
franpárdak = oncle, franpárkad = tante
franèrdak = neveu, franèrkad = nièce.
et y en a un paquet d'autres, comme les parents de cousins issus de germains, par exemple.



*Pareil en espéranto : mi vidis ne la lupon, li estis tro fore... encore que, dans ce cas, je me demande si par hasard, on pourrait pas mettre ĝi. Va savoir...

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyVen 23 Juil 2021 - 19:14

2 remarques:
- Attention sam (ensemble) a tendance à devenir "san" = l'être (et étant) > tale sane sam = tous les êtres ensemble
- la gay-lupoj en eo ce ne sont pas les loups homosexuels ? Laughing

Sinon je connais ta théorie… le seul inconvénient, c'est la longueur pour des oncles et tantes… etc: franpárdak = oncle, franpárkad = tante
franèrdak = neveu, franèrkad = nièce, habituellement désignés par des petits mots: tante, aunt, zia, tía, θεία
en Uropi: tiot, tiota, nip (comme en albanais), nipa

Par ailleurs, donner des noms différents aux hommes et aux femmes c'est reconnaître leur égalité: nul ne dépend de l'autre…

Si nous avons père/mère/frère, father/mother/brother, far/mor, padre/madre, Vater/Mutter/bruder, padar/madar/baradar, pita/māta…c'est parce qu'en indo-européen on avait *phₐtḗr, *méhₐtēr, *bʰréhₐter- et même *dʰuǵ(hₐ)tḗr la fille avec une sort de suffixe -tēr qui semble désigner les membres de la famille
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Anoev
Modérateur
Anoev

Messages : 30895
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyVen 23 Juil 2021 - 21:56

Doj-pater a écrit:
Par ailleurs, donner des noms différents aux hommes et aux femmes c'est reconnaître leur égalité: nul ne dépend de l'autre…
L'égalité n'exclut pas l'interdépendance : les hommes ont besoin des femmes, les femmes ont besoin des hommes. Les termes dak et kad existent depuis très longtemps en aneuvien. J'aurais même dû choisir daq et qad, le d étant proche de ♂ et le Q de ♀1. Mais à l'accusatif, c'aurait donné des noms de longueurs différentes (une lettre de plus), car K donne X à l'accusatif et Q donne QS. en plus, à l'époque Q n'existait que dans le trigramme qua. Le A sert de liant pour faire des noms prononçables. Et, dans tout dak, il  y a un soupçon, de K et dans toute kad une pincée de D. Voici l'résultat. Dans le vocabulaire humain aneuvien, tout part de là. Alors pas étonnant qu'en agglutinant des termes comme fratrie, parentèle, et humain, on tombe sur des mots un tantinet plus longs que la normale, comme dans nupnèrkad (bru) ou syknèrdak (beau-fils).


Tiens, aut'chose, prenons cette phrase mainte fois entendue quand on parle famille :

Avez-vous des frères et sœurs ?

Si on veut traduire la phrase exactement dans ce même sens (et non "des frères ou des sœurs", ce qui est assez différent, quand on y pense), ça donne,

URO : Av vu frate id sestas?
ESO : Ĉu vi havas gefratojn?
ANV : Ep or hab ùr frànduse?

Comment va alors répondre quelqu'un qui n'a que des frères ? ou que des sœurs ?

En uropi et en espéranto, il sera obligé de répondre par une phrase complète, pour contredire le id ou ge- :

Mi havas fratino, mi havas fratojn, i av u sesta, i av frate.

En aneuvien, jo ou ùt suffit².

Maintenant, suppose que la question soit "avez vous des frères ou des sœurs ?"

URO : Av vu frate o sestas?
ESO : Ĉu vi havas fratojn aŭ fratinojn?
ANV : Ep or hab ùr fràndaxe od ùr frànkaże? mais en fait, comme le od (ou) n'est prononcé qu'une seule fois, que l'inclusion est possible, ep or hab ùr frànduse? convient tout aussi bien3.

Là, la réponse peut être jes, aj & jo3.

Quelques commentaires ?

1 Mais bon, le D est une lettre saillante (♂) et le K une lettre rentrante (♀). Ça compense.
2 Charge à l'autre, alors, de demander des détails, s'il n'a pas peur de paraître indiscret.
3 En fait, en aneuvien, on demandera plutôt ep or hab ùdat fràndu (avez-vous au moins un frère/sœur), ce qui résout en une phrase le problème du genre et du nombre ! Par contre, la question, plutôt rare quand même, sauf peut-être de la part d'un logicien : Ep or hab od ùr fràndaxe od ùr frànkaże? ne peut pas être remplacée.

_________________
Tu mets un doigt pour décortiquer un mot... puis viennent les synonymes et les analogies et tu y passes le bras, puis le corps entier... et tu disparais dans la grosse machine à mots sans t'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doj-pater

Doj-pater

Messages : 3184
Date d'inscription : 04/01/2014
Localisation : France Centre

L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 EmptyMar 27 Juil 2021 - 16:06

Je serais assez tenté par le terme frasta imbrication de frat et sesta
Av vu frastas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://uropi.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty
MessageSujet: Re: L'aneuvien, le psolat et l'uropi   L'aneuvien, le psolat et l'uropi - Page 25 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'aneuvien, le psolat et l'uropi
Revenir en haut 
Page 25 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Idéogénéral :: Idéolangues comparées-
Sauter vers: