L'Atelier
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Ditäiska köojame

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Velonzio Noeudefée
Référent Actualités
Velonzio Noeudefée


Messages : 7599
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyJeu 20 Oct 2022 - 19:30

J'ai conçu ce projet un peu dans la fibre EndietS sur une base allemande et aussi proto-germanique, légèrement anglais et des ajouts de PIE a certains endroits.
Certes, cela peut paraitre archaïsant, mais comme à mon habitude, je veux une idéolangue assez simple, régulière et employable par moi, sans trop avoir de migraine.

Le nom est inspiré de german et european (en allemand) et pourrait signifier après coup : "parler ditäisque oecuménique".

I Phonologie & Écriture

I.1 Consonnes

Dans les lignes suivantes sont d'abord présentés les phonèmes selon leur symbole API puis ensuite est indiqué leur écriture.

Nasales : m n ŋ => m n (ng/(ñ) )
Occlusives : p b t d k g => p b t d k g
Fricatives : f v s z ʃ x h => f v s/ss ζ S/sc x h
Autres : l r j => l r j

Étranger : ʒ w j, ge (ou y, gy) pour /ʒ/ ou autres ; w, u pour /w/
Proto-germanique, si utilisé : ɣ, θ, ð q, θ, δ
Approximé, selon dialecte : la suite /jʃ/ pourra localement être prononcée /ç/.

La lettre y peut être prononcée /y/ dans les noms d’emprunt.

Ainsi c n’est pas ou prou employé, q ne devrait pas l’être et w devrait être rare.

I.2 Voyelles

Ce système s’écrit presque comme en allemand, avec 7 voyelles, 1 diacritique et éventuellement 1 symbole : a e i o u ä ë ö ü + «:» comme abréviation de ë, notamment pour les consonnes vocalisées.
• A l’exception de ë /ə/ (et sa variante : ),
• Et avec la précision que e , lorsque court qui varie entre /e/ et /ɛ/ en fonction des consonnes autour, comme en allemand,
• les autres voyelles fonctionnent comme en allemand par paire tendues-relâchées. Ainsi :
• Voyelle écrite : a e i o u ä ë ö ü
• Expression tendue : /a:/ /e:/ /i:/ /o:/ /u:/ /ɛ:/* /ø/ /y:/
• Expression relâchée : /a/ /ɛ/** /ɪ/ /ɔ/ /ʊ/ /ɛ/* /œ/ /ʏ/

Notes et Remarques sur la liste précédente :
• * Peut aussi être prononcé /æ/ selon les régions et interlocuteurs
• ** variable avec /e/

Les diphtongues l’allemand connaît 3 diphtongues qui seront maintenues /aɪ/, /aʊ/, /ɔʏ/, notées ai, au, oü (voire eu) et peut être plus, comme /eɪ/ noté ei.

I.3 Écriture : détails

/ʃ/ -> S toujours en majuscules avant consonne, sinon sc
/s/ : s, ss entre voyelles
/z/ : le zéta grec ζ a été gardé

Majuscule nom commun et propre : coup de glotte (ou pas).

Voyelles longues doublées, avec la particularités de ne pas répéter le tréma (allègement pour faciliter la lecture).

Pour le reste les voyelles sont notées à l’allemande et l’endietS. Attention au /ə/ noté ë, voire « : » tout court pour les consonnes vocalisées, notamment les finales d’infinitif.

Pour /ø/, on peut parfois rencontrer parfois ô ou ø, il a existé d’autres normes passées.

Donc les lettres suivantes correspondent à leur valeur api, aux remarques précédentes pour les voyelles, notamment les paires tendues - relâchées : a b d f g h i j k l m n o p t u v x z

En outre les finales allemandes en ng, notant /ŋ/, s’écrivent ng, parfois nk, on peut aussi parfois trouver ñ.

II Le nom

II.1 Genres et articles

L’immense majorité des noms communs sont neutres et utilisent les articles :
• Indéfini : en /ɛn/
• Défini : de /de/

Uniquement pour les personnes et les fonctions et quelques animaux ou pour genrer les animaux, on pourra trouver :
• Des articles féminin en ainë /aɪ.nə/ et di /di/
• Des articles masculins en ain /aɪn/ et da /da/ ou /dɐ/

Souvent les noms féminins seront en -ë ou -in à la fin.

Nota : Les noms genrés et seuls ceux-ci connaissent un datif porté par l’article défini en da pour le féminin, dem pour le masculin et den au pluriel.

Les pronoms, les possessifs et un certain nombre de mots particuliers pouvant servir d’article pourront peut être connaitre ce datif (neutre en -s), voire un génitif (neutre en -z, pluriel en -a, masculin en -s, féminin ; à voir en den/dem/dar ou dis)

II.2 Pluriel

Le pluriel est régulier :
• Sans article à l’indéfini pluriel
• Avec l’article dii au défini pluriel

Le pluriel des noms se forment toujours en -ë final /ə/.

2 particularités :
• dans le cas où les noms finissent en -eC, avec C représentant n’importe quelle consonne unique, ce -e- là, l’avant dernier au pluriel fléchi aussi, ainsi
• exemple : les noms en -el /ɛl/ vont finir au pluriel en -ëlë /ə.lə/
• le cas particulier de -ër ou -:r, fait en sorte qu’il peut exister 2 pluriels :
• soit le classique -ërë /ə.ʁə/,
• soit le déformé aë /ɐə/, qui souvent devient ë (voire a dans certains dialectes)
Mais en général, j'aurais remplacé la finale -ër en -a.

Ce qui signifie que la plupart des finales classique en -e au singulier en allemand tombent pour le mot équivalent dans cette langue.

II.3 Pronoms personnels sujet (nominatif)

Les pronoms personnels sujet SG1, 2 et 3 fém et masc sont : iS, du, he, ζi, prononcé /iʃ.du.he.zi/.

Un pronom SG3 neutre ou impersonnel est simplement omis, à distinguer de l’impératif qui s’écrit avec un point d’exclamation indiquant une intonation plus forte et injonctive, qu’un simple constat, souvent impersonnel au neutre.

Les pronoms personnels pluriels sujet PL1, PL2 et PL3 sont : vi, jilt, dζi.

Il existe un pronom de politesse U (singulier comme pluriel, on change la conjugaison), toujours noté en majuscule.
On peut l’utiliser à la 2ème (poli, sans trop marqué de distance) ou 3ème personne (extrêmement poli et déférent, voire obséquieux).

Notons que dans les Terres Extérieures où sont parlées plusieurs langues et variantes ditäisques, il existe l’île de Zèsciscila en mer d’Eereim, et encore en cette île dans la région de losringa au-delà du fleuve aux mille noms et aux funestes rivages sanglants ici appelé l’Ienora (mais par endroit : la Yenuwa, le ou la Lieonor) est employé un pronom de la SG3 neutre en s’ /s/ avant voyelle et /sə/ avant consonne par la tribu des Zözën Fayën. Ils sembleraient que ceux-ci ait quitté leur ancienne langue au profit d’un parlé ditäisque fortement remanié et déformé.

***
Idée : la forme SG3 neutre pourrait être remplacé par une forme irrégulière autonome (un peu comme un second infinitif a tendance un peu passive) du type, inspirée du PIE :
- hab:n -> habba
- sein -> vessa
- lass:n -> leta/ledda

Concurrencé par une forme active en -ung.

Je ne sais pas encore, si je reprends cette idée. Mais elle me permettrait un côté germano-gotique d’une part et PIE d’autre part.
***

III Le verbe

III.1 Impératif et présent de l’indicatif

L’impératif si possible correspond au radical, sinon à l’indicatif présent sans pronoms personnels et avec un point d’exclamation.

L’indicatif présent est régulier et correspond à la forme :
pronom personnel sujet, le cas échéant+radical verbal+ë pour les verbes faibles.

L’auxiliaire être et les verbes modaux seront plus irréguliers, mais ce seront les seuls acceptés au présent.

Le radical correspond à l’infinitif en - :n, moins justement cette partie de l’infinitif en - :n.

Le verbe jouer Spiil:n fera- : Spiil ! IS Spiilë. Du Spiilë.

Nota : Jouer au carte et tout jeu avec des cartes ou des pièces à empiler se dira pilt:n, verbe fort lui, tiré de spilōn (proto germanique occidental) et *spilōną (proto-germanique) et *(s)pleiĝh en PIE : étendre (les jambes) ; du coup je l’étends à s’étendre et se détendre ; leik en sambahsa.
Je simplifie spl en pl voire p, spilona passe à pilonsas, pilonsa, ns se simplifie en t pilota, chute du o intermédiaire pour avoir une racine consistante semblant germanique. Sens donné par proximité avec pile, empiler.

Je pense que tous les verbes que je vais reconstituer des protogermaniques et PIE seront forts (si possible).

III.2 Autre temps des verbes faibles

• prétérit en -/tə/, noté -të
• participe passé en -t, si nécessaire un ë /ə/ précédent cette finale peut apparaitre pour faciliter la prononciation
• temps composés avec auxiliaire avoir : hab:n
• futur et conditionnel avec auxiliaire vülen -> vül (futur) et vul (conditionnel), déformation des verbes modaux et notamment de vouloir (vil)
• l’auxiliaire être suivi du participe passé sert à exprimer la voie passive.

Le verbe jouer Spiil:n fera dans les formes : Spiil !, Spiilë, Spiiltë, habë Spiilt, vül Spiil:n, vul Spiil:n + (piijka/fiika via plegga)

III.3 Les auxiliaires

Le verbe être correspond au verbe ζein /zeɪn/ (parfois /zɛjn/), irrégulier et auxiliaire comme en français, seul verbe à avoir une conjugaison partiellement fléchie au présent de l’indicatif.

IS bin
Du bit
Zi/He is
/is/
Vi ζin /zin/
Jilt ζin
Dζi ζin


• Preterit : sing : var ; pl : varën
• Participe passé : habë gevest
• Conditionnel : väre (ou vul ζein)

Le verbe avoir : hab:n est très régulier. Avec dans l’ordre infinitif, présent, prétérit, participe passé + conditionnel : hab:n, habë, hatë, habë hat + hätë

Autre auxiliaire vül:n, déformation de vouloir vol:n utilisé pour le futur et le conditionnel, vül:n n’a plus de sens propre. Comme cet auxiliaire n’a guère de sens, il n’a pas vraiment de conjugaison, mais si besoin elle devrait être régulière.

III.4 Les modaux

Les modaux se situent plutôt du côté des verbes faibles (tous sauf lass:n), irréguliers et les auxiliaires être et avoir, puisqu’avec parfois une forme irrégulière au présent (et ce sont les seuls avec être à en avoir une, invariable ceci dit pour les modaux) et une forme propre au conditionnel (et ce sont les seuls à en avoir une avec avoir et être). Pour cette dernière toujours formée soit avec la voyelle du radical fléchie, soit si déjà fléchie lorsque conjuguée, non fléchie.
Eu égard à la flexion, attention aux diphtongues : ooj forme non fléchie de oi.

Ils sont au nombre de 6 :
kön:n /kœ.nən/ : pouvoir
müss:n /mʏ.sən/ : devoir
vol:n /vᴐ.lən/ : vouloir
viss:n /vɪ.sən/ : savoir
lassen /la.sən/ : laisser
lekmöog:n /lɛk.mø:.gən/ : (bien) aimer, préférer, désirer, bien vouloir, verbe séparable

En les présentant comme l’auxiliaire avoir ci-dessus + forme autonome
kön:n, kan, kontë, habë kont, köntë (kunna)
• vol:n, vil, voltë, habë volt, völte (vella)
• lass:n, las, liis, habe lass:n, lässë (leta/ledda)
• müss:n, mus, mustë, habë must, müstë (medda)
• viss:n, vus, vustë, habë vust, vüstë (veida)
• lekmöog:n, möog lek, moitë lek, habë lek moit, moojtë lek (leikmakka)


III.5 Les verbes forts

Les verbes forts correspondent aux verbes les plus fréquents et chacun possède sa propre famille d’alternance vocalique unique, dépendant de la voyelle de son radical.
Les verbes forts (ils ne sont pas irréguliers) suivent toujours la même alternance vocalique selon leur voyelle, attention selon la longueur de la voyelle, les désinences seront différentes, elles seront précisées ci-après. Pour l’instant, les verbes plus employés avec les 3 formes : infinitif, prétérit, participe passé.

• faire : tuun, tan, habë tan (edda)
• donner : geeb:n, gab, habë geb:n (aggaba < gaaba)
• venir : kom:n, kam, habë kom:n (guma)
• aller : gee:n, ga, habë ge:n (gema)
• voir : ζee:n, ζa, habë ζee:n (seka)
• trouver : find:n, fand, habë fund:n (pessa)
• boire : drinken, drank, habë drunk:n (dixxa < drekka)
• rester : beilw:n, beilwë/beilu/beil, bilwë/bilü, habë bilw:n/biluun (bilba)
• conduire : reid:n, reidë, rid, habë rid:n (ridda)
• prendre : nem:n, nemë nam, habë nom:n (nemma), nombreuses variantes locales en neem:n, nim:n, niim:n, adaptation de la partie ablaut du verbe fort (respectivement : nam habë nem:n / nom habë nom:n / nam habë num :n).
• voler : fliig:n flog habë flog:n (ljubba)
• tomber : fal:n fiil habë fal:n (eppi)
• dormir : (Slaf:n Sliif habë Slaf:n) (siffa < sijppa < silpa) / plus courant Slaaf:n => Sluf, habë Slafën
• Appeler : xoof:n xeef habë xofën (kola)
• Courir : ren:n ran habë ron:n (itsca < regya avec gy /ʒ/)
• Aspirer,téter, sucer : sjüg:n sjog habë sjog:n (sjukka)
• Jurer : Svöor:n Svor habë Svor:n (sürra)

Pour les familles de verbe fort, j’ai repris celles EndietS (ci-dessous) avec les trois apports suivants
- Les verbes forts en ä sont considéré comme ceux en e.
- Les verbes forts en diphtongue ei sont considérés comme ceux en diphtongue ai.
- Les verbes forts en oo (o long), que je n’avais pas, sont en ee o.

Familles d’alternance vocalique des verbes forts

Selon la voyelle exacte du verbe à l’infinitif ou du radical du verbe, cela définit les désinences vocaliques qui seront employées au prétérit et pour le participe passé, voyons quelles sont ces familles.

C’est pourquoi ces verbes ne sont pas vraiment irréguliers, ceci dit, il faut connaitre ces alternances et savoir quels verbes sont forts et quels verbes ne le sont pas.

Tous les participes passés des verbes forts sont en -n et se conjuguent avec hab:n au passé composé et avec ζein à la voix résultative/achevée (notre voix passive IE).
La 2ème forme présentée dans la série est le présent de l’indicatif pour bien montrer sa régularité.

Celles en voyelles longues
aa => u a ; Slaaf:n, Slaaf, Sluf, habë Slaf:n
ee => a e ; geeb:n, geebë, gab, habë geb:n
ii => o o ; fliig:n, fliig(ë), flog, habë flog:n
uu => a a ; tuun, tuu, tan, habë tan
öo => o o ; Svöor:n, Svöor, Svor habë Svor:n

Celles en voyelles courtes
a => ii a ; fal:n, fal, fiil, habë fal:n
e => a o ; nemen, nem, nam, habë nom:n
i => a u ; find:n, findë, fand, habë fund:n
o => a o ; kom:n, kom, kam, habë kom:n
u => ii u ;
ü => o o ; sjüg:n, sjüg(ë) sjog habë sjog:n

Celles en diphtongues
La diphtongue n’est pas maintenue au prétérit, ni pour le participe passé.
ai /aɪ/ => i i
au /aʊ/ => o u

Si je développe ma précédente piste, on aurait ainsi 3 formes :
- deux du point de vue action/sujet avec une en cours ou en train d’être réalisée, (en -ika, dérivé de ung) et l’autre pas spécialement, et
- une forme du point de vue de l’action en cours/objet ; qui s’oppose au passif, pour nous classique d’état, qui insiste sur l’aspect résultat/achevé et ce, peu importe l’action, cf exemple ci-dessous.
Ce qui correspond aux deux passifs allemand avec les auxiliaires werden et sein.

Quelques phrases exemples :

Chat : Kaut
Souris : Muus
Manger : ät:n at ot:n (eddä)

De Kaut Slaaf. : Le chat dort.
De Kaut Slaafika. : Le chat est en train de dormir.

Mais le sommeil/somme/dodo du chat pourrait se dire Kautsilfa, pas sûr qu’il soit considéré comme actif, donc attention pour les substantif, déverbaux et les agglomérations selon le point de vue action/action en cours/résultat&achevé, voire sujet ou objet.

D’autre part, ici, dormir, verbe intransitif dans ce cas, qui indique autant un état qu’une action physiologique involontaire où le sujet est aussi bénéficiaire et patient de l’action est un exemple intéressant, car en fait, il y a 3 manières différentes d’exprimer le chat dort, selon ce sur quoi on veut insister :
- Le chat : De Kaut Slaaf.
- L’état et fait involontaire de cette action, du coup la valeur d’expérimentateur, voire même de patient que possède le chat qui passe au datif neutre, soit introduit par la préposition an : An de Kaut siffa.
Je pourrai à la romane, fusionner certaines préposition et article, comme an+de = ant, du coup Ant Kaut siffa.
- Et une proposition intermédiaire de chat expérimentateur donc en position comme un sujet au cas nominatif/accusatif, mais un verbe action en cours/objet : De Kaut siffa.
Les 3 formes sont donc :
- De Kaut Slaaf.
- Ant Kaut siffa.
- De Kaut siffa.


Les 4 formes avec les 4 points de vue
De Kaut ätë de Muus. = Le chat mange la souris
De Kaut ätika de Muus. = Le chat est en train de manger la souris.
De Muus eddä de Kaut. = La souris est en train d’être mangée par le chat.
De Muus is ot:n (de Kaut). = La souris est mangée (par le chat), voire a été mangée.

De Kaut habika ot:n de Muus. = Le chat a été en train de manger la souris.
De Kaut atika de Muus. = Le chat était en train de manger la souris.

Il me reste notamment :
- Les pronoms personnels compléments (qui devraient se décliner)
- Le vocabulaire de l’EndietS

_________________
En collaboration : yazik ; en cours : llîua, diònith, (frenkvëss), (thialim) (((monurpilf)))
En pause : yadios, Epçune !, mihia, endietc, suedz, liosès
Aboutie : suok et lignée pré-mihia, thianshi, diarrza, uosmigjar (essai : ortogrévsinte, sinywila, SESI, KISSI)
langues parlées: allemand - italien - elko - baragouin de globish

T'eiwi soirom : avanen ten csivdrañgoy èns seiwaca sistema -losi. (velangz)
Mon rêve est que les humains deviennent les jardiniers de la vie dans le système solaire.
Revenir en haut Aller en bas
Hankol Hoken

Hankol Hoken


Messages : 477
Date d'inscription : 06/09/2018
Localisation : Belke

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyVen 21 Oct 2022 - 9:48

La fameuse langue germanique sauce PIE que tu avais évoquée dans un autre topique Smile

Sympa les ablauts réguliers des verbes forts.

Curieux d'en savoir plus sur la typologie et la syntaxe
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyVen 21 Oct 2022 - 12:00

Velonzio Noeudefée a écrit:
La lettre y peut être prononcée /y/ dans les noms d’emprunt.
Là, déjà, le phonème /y/ (écrit Ü en allemand ou Y dans les langues scandinaves, U ou UU en néerlandais) est jusqu'à plus ample informé, un phonème VRAIMENT INTERNE aux langues germanique ; ça m'a étonné que tu ne l'utilise que pour des noms d'emprunt... Mais bon, tu fais comme tu l'entends, pour le reste aussi, d'ailleurs.

Velonzio nœudefée a écrit:
w devrait être rare.
Là, c'est un peu différent ; par exemple, ce n'est pas une lettre "naturelle" dans les langues comme le suédois, le norvégien...

I.2 Voyelles

comme abréviation de ë, notamment pour les consonnes vocalisées.

Velonzio a écrit:
• Expression tendue : /a:/ /e:/ /i:/ /o:/ /u:/ /ɛ:/* /ø/ /y:/
• Expression relâchée : /a/ /ɛ/** /ɪ/ /ɔ/ /ʊ/ /ɛ/* /œ/ /ʏ/.
Logique, en somme.



I.3 Écriture : détails
Velonzio a écrit:

/ʃ/ -> S toujours en majuscules avant consonne, sinon sc
/s/ : s, ss entre voyelles.
Là, j'ai pas trop compris.
Velonzio a écrit:
/z/ : le zéta grec ζ a été gardé
Là non plus. Pourquoi ?

Majuscule nom commun et propre : coup de glotte (ou pas).
Velonzio a écrit:
Voyelles longues doublées, avec la particularités de ne pas répéter le tréma (allègement pour faciliter la lecture).
Étonnant.



Velonzio a écrit:
Pour /ø/, on peut parfois rencontrer parfois ô ou ø, il a existé d’autres normes passées.
Ben dans c'cas, comment se prononce le Ö ? /œ/ ?

Donc les lettres suivantes correspondent à leur valeur api, aux remarques précédentes pour les voyelles, notamment les paires tendues - relâchées : a b d f g h i j k l m n o p t u v x z

Bon, d'jà ça. Je verrai le reste un peu plus tard (ce soir ou demain).

Yn lomir (à bientôt*).


*Qu'est-ce que ça donne en ditäiska ?

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Velonzio Noeudefée
Référent Actualités
Velonzio Noeudefée


Messages : 7599
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyVen 21 Oct 2022 - 12:19

Ben non pour le y c'est comme en allemand, par exemple Gymnasium qui se prononce /gym.na.zjum/.

La lettre ö a une prononciation variable entre tendue et relâchée, selon qu'elle soit longue öo ou courte ö, ce qui donne : ,/ø:/; /œ/, ce que tu as trouvé logique.

Chinon s'écrirait Scinon, tandis que jouer c'est le verbe Spiil:n.

Pourquoi le zéta grec ζ, parce que j'en ai envie, que sa forme rappelle celle du s et moins celle du z que je trouve trop dure (et qui n'est jamais prononcé /z/ en allemand a contrario de s).

Pour ø, on peut ainsi rencontré les paires :
- classique : öo / ö = /ø:/; /œ/ ; ou bien issue de norme passée
- ôo / ô ou ö, voire parfois ô / ö
- øo /ø ou ô ou ö, voire parfois øø / ø ou ø/ö

Pour chaque paire, c'est toujours /ø:/; /œ/.

Ainsi kön:n est distingué de köon:n.

Comme je double les voyelles longues à la finlandaise, je devrais avois des ää, öö, üü, voire ëë, or je trouve ça un peu fatiguant à lire et je préfère noter äa, öo, üu, voire ëe.
Sachant que les diphtongues sont a priori limitées, pour l'instant au nombre de 4 : ai, ei, au, oü, avec éventuellement eu comme dans la racine *europ, qui pourrait se prononcer comme oü, ou ju, soit à l'allemande ou l'anglaise.

***

Oui, syntaxe (et typologie, concept qui m'est étranger) devrait venir, mais en gros verbe en position 2, ordre SVO en principale à quelques exceptions près : certaines prépositions, conjonctions et adverbes, ainsi que, bien sûr, le groupe nominal étendu avec des adjectifs et satellisation en subordonnée, donc ordre V2 comme en allemand ; a l'exception peu mince près :
- de la SG3 neutre sans sujet (sauf s' dans certaines régions), verbe en position 1 puisqu'autonome
- certaines constructions avec l'infinitif d'action/objet, comme un peu vu pour le chat dort, car on pourrait aussi avoir siffa de kaut, parfaitement correct, mais correspondant plus a des expressions de par chez nous du type le sommeil cueille le chat / dodo le chat (parler enfantin) plutôt que véritablement le chat dort.

_________________
En collaboration : yazik ; en cours : llîua, diònith, (frenkvëss), (thialim) (((monurpilf)))
En pause : yadios, Epçune !, mihia, endietc, suedz, liosès
Aboutie : suok et lignée pré-mihia, thianshi, diarrza, uosmigjar (essai : ortogrévsinte, sinywila, SESI, KISSI)
langues parlées: allemand - italien - elko - baragouin de globish

T'eiwi soirom : avanen ten csivdrañgoy èns seiwaca sistema -losi. (velangz)
Mon rêve est que les humains deviennent les jardiniers de la vie dans le système solaire.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyVen 21 Oct 2022 - 12:35

Pour le S et le Z, j'ai compris ton raisonnement ; ça m'a incité à imaginer des trucs (que tu peux très bien ne pas adopter, ce n'est que ma réflexion personnelle, rien de plus).

S se prononcerait /z/, dans tous les cas d'figure, même devant une consonne, même en fin de mot.

On aurait le ζ que tu apprécies, pour le /s/, mais quoi lui donner comme majuscule ?

Pour avoir /ts/, on aurait, Z, là, rien de changé vis à vis de l'allemand.

Du coup, tu ferais l'économie de -ss- (tant mieux).

D'après c'que j'en ai lu, tu allongerais les voyelles fermées et tu laisserais courtes les voyelles ouvertes, c'est bien ça ?

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur
Anoev


Messages : 34760
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptySam 22 Oct 2022 - 12:09

Velonzio Noeudefée a écrit:
L’immense majorité des noms communs sont neutres et utilisent les articles :
• Indéfini : en /ɛn/
• Défini : de /de/.
Là, pas d'problème, j'y vois là une influence néerlandaise bienvenue. Bravo !

Velonzio a écrit:
Uniquement pour les personnes et les fonctions et quelques animaux ou pour genrer les animaux, on pourra trouver :
• Des articles féminin en ainë /aɪ.nə/ et di /di/
• Des articles masculins en ain /aɪn/ et da /da/ ou /dɐ/.
Le Ë ne s'impose pas pour le féminin, dès lors que le nom aura une terminaison reconnaissable. ain pourrait être utilisé pour les deux (genre dit "commun", qu'on retrouve en néerlandais et en suédois), pour l'article défini, on pourrait avoir di pour les deux, mais c'est vrai que di et da ne gênent pas.

Velonzio a écrit:
Souvent les noms féminins seront en ou -in à la fin.
Et les noms masculins ? Ce serait bien utile de les distinguer des noms neutres, non ?

Mettons (pure supposition) que tu prennes volf pour le loup :

volf = loup (générique)
volfer = loup ♂
volfin* = louve.

Velonzio a écrit:
Les noms genrés et seuls ceux-ci connaissent un datif porté par l’article défini en da pour le féminin, dem pour le masculin et den au pluriel.
Voir si c'est vraiment utile...


*Comme c'est une langue typiquement germanique, le suffixe en -in ne me fait pas du tout sourciller, contrairement aux hurlements que j'avais poussés vis à vis de l'espéranto...

_________________
Nekrodur slivèdje nep ; traadur reve nep
Les morts ne rêvent pas ; les hommes d'affaires non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Velonzio Noeudefée
Référent Actualités
Velonzio Noeudefée


Messages : 7599
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyJeu 27 Oct 2022 - 13:31

Ca y est j'ai regardé les pronoms personnels et leur déclinaison.
Du coup ils vont changer et prendre pour les 1ères et 2ème personnes des formes plus IE, on verra si Olivier, reconnait et pour les 3èmes personnes un espèce de mix entre l'allemend et une régularisation, basée sur les autres formes.
Ce qui n'est pas plus mal, ça nous éloignera quelque peu de l'allemand.

Ainsi à la forme sujet, on a : eq, tu, he (masc.)/zi (fém.), wej, jus, zju (neutre)

Ditäiska köojame Dtskk_10

_________________
En collaboration : yazik ; en cours : llîua, diònith, (frenkvëss), (thialim) (((monurpilf)))
En pause : yadios, Epçune !, mihia, endietc, suedz, liosès
Aboutie : suok et lignée pré-mihia, thianshi, diarrza, uosmigjar (essai : ortogrévsinte, sinywila, SESI, KISSI)
langues parlées: allemand - italien - elko - baragouin de globish

T'eiwi soirom : avanen ten csivdrañgoy èns seiwaca sistema -losi. (velangz)
Mon rêve est que les humains deviennent les jardiniers de la vie dans le système solaire.
Revenir en haut Aller en bas
Velonzio Noeudefée
Référent Actualités
Velonzio Noeudefée


Messages : 7599
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame EmptyMar 31 Jan 2023 - 11:51

Anoev a écrit:
Velonzio a écrit:
Souvent les noms féminins seront en ou -in à la fin.
Et les noms masculins ? Ce serait bien utile de les distinguer des noms neutres, non ?

Mettons (pure supposition) que tu prennes volf pour le loup :

volf = loup (générique)
volfer = loup ♂
volfin* = louve.

Désolé, je ne t'avais pas répondu, en ce moment je développe surtout mon lexique ewitse, mais en fait cette précision n'est pas utile (à part peut être dans certains cas hyper spécifique, ou un suffixe -ër/-a pourrait être utile, par exemple les noms de métiers ër/in et on sucre le -erinn allemand, comme Metzger, Backer, Metzgerinn, Backerinn)

Neutre : en volf, de volf, volfë, dii volfë
Masculin : ain volf, da volf, volfë, dii volfë
Féminin : ainë volfin, di volfin, volfinë, dii volfinë

Parce-que louve se dit bien Wölfin en allemand, mais elle pourrait ne pas être distinguée dans la forme nominale et bien souvent les Ditäisköoj disent :
Féminin : ainë volf, di volf, volfë, dii volfë

Pas de genre sexué au pluriel et la seule distinction au singulier se fait dans l'emploi des articles.

***

L'article porte ainsi déclinaison et genre (sexués _ non pas grammaticaux).

_________________
En collaboration : yazik ; en cours : llîua, diònith, (frenkvëss), (thialim) (((monurpilf)))
En pause : yadios, Epçune !, mihia, endietc, suedz, liosès
Aboutie : suok et lignée pré-mihia, thianshi, diarrza, uosmigjar (essai : ortogrévsinte, sinywila, SESI, KISSI)
langues parlées: allemand - italien - elko - baragouin de globish

T'eiwi soirom : avanen ten csivdrañgoy èns seiwaca sistema -losi. (velangz)
Mon rêve est que les humains deviennent les jardiniers de la vie dans le système solaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Ditäiska köojame Empty
MessageSujet: Re: Ditäiska köojame   Ditäiska köojame Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ditäiska köojame
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Idéolangues :: Artistiques mixtes-
Sauter vers: